Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Bibliothécaires’

Pour connaître mon avis sur les téléfilms et la première saison, c’est par-là.

 

the-librarians

 

Il ne faut jamais dire jamais, n’est-ce pas ? Une amie m’ayant promis une deuxième saison plus intéressante, avec une intrigue de fond axée sur des personnages littéraires, je me suis laissé tenter. J’ai donc visionné la fin de la première saison (la clôture de l’arc principal se révélant aussi convenue que je m’y attendais et encore plus décevante que je l’aurais cru possible) et j’ai enchaîné avec la deuxième.
Je dois dire qu’elle se laisse regarder. Je l’ai trouvée plus agréable que la première et il y a souvent de bonnes idées (pas toujours exploitées à leur maximum, mais bon…). C’est un peu l’esprit de la série : des références à la culture pop toujours amusantes, du kitsch, du divertissement avant tout et parfois un brin d’originalité. On est toujours confrontés à beaucoup d’invraisemblances, mais bon à ce stade-là on fait avec et on arrête de se plaindre. C’est le genre de série qu’on regarde pour passer le temps. Il y a du bon et du mauvais à parts égales.
Pour renforcer cette impression, j’aime beaucoup certains personnages alors que d’autres me tapent sur les nerfs. Eve est la reine de la seconde catégorie. Mary Sue de base, elle ne résout pas les intrigues, elle les aplatit comme un bulldozer… On se demande à quoi servent les autres, sinon de faire-valoir, puisqu’elle est là pour sauver le monde toute seule. Par contraste, des personnages plus intéressants sont peu exploités. Cependant, une nouvelle intrigue de fond se profile et j’espère qu’elle corrigera un peu le tir.
J’ai tout de même eu de bonnes surprises lors de cette saison à base de littérature et de voyages temporels, notamment en ce qui concerne le choix des « méchants ». En dire trop à leur sujet serait gâcher le début de saison et comme c’est un bon épisode ce serait particulièrement dommage.
Si vous aimez la culture pop, la littérature (particulièrement britannique) et que vous avez besoin de vous distraire devant un programme sans prise de tête, regardez The Librarians.

Publicités

Read Full Post »

La série, spin-off d’un cycle de téléfilms, nous conte les aventures d’une équipe de bibliothécaires loin d’être ordinaires. Ils ont pour mission de résoudre des mystères surnaturels et de récupérer des artefacts magiques très puissants en affrontant des forces obscures dont leur principal antagoniste : la Confrérie du serpent, tout ça sur fond de mythologies diverses et de Cycle arthurien.
L’équipe est composée de Jacob Stone, esprit brillant avec un intérêt particulier pour les arts, de Cassandra Cillian, mathématicienne atteinte d’une tumeur au cerveau, d’Ezekiel Jones, le voleur de service, et d’Eve Baird, une militaire chargée de leur protection.

*

the-librarians

*

Avant la série, les téléfilms : Les aventures de Flynn Carson

Il y a une bonne dizaine d’années, j’étais tombée sur le premier que j’avais regardé faute d’avoir autre chose d’intéressant à faire, même si j’avais manqué le début.
Ce n’était pas un bon film et pourtant j’en garde un souvenir assez précis, ce qui ne cesse de m’étonner. Je pense que c’est dû au fait qu’il y a quelque chose de régressif dans cette histoire, qui rappelle les longs-métrages un peu idiots que l’on regardait enfants et que l’on appréciait, même en sachant déjà que c’était des nanars.
Quand j’ai vu la bande annonce de la série dérivée, j’ai repensé à ce film et me suis dit « pourquoi pas ? » Une série sur des bibliothécaires est toujours attrayante pour une lectrice compulsive, même quand on pense que l’idée aurait pu être exploitée autrement (sérieusement, il y avait matière).
Je me suis dit au passage que j’allais aussi m’intéresser aux téléfilms, revisionner le premier et découvrir les deux autres pour peut-être mieux apprécier le spin-off.

Le synopsis principal (accompagné d’un court avis sur les trois téléfilms)

Flynn Carson, éternel étudiant dont apprendre est l’obsession et qui, accessoirement, semble ne pas avoir envie de grandir (il vit chez sa mère à plus de 30 ans, redoute de se lancer dans la vie active et fuit les relations amoureuses sérieuses), se voit contraint d’arrêter les études et de se trouver un vrai boulot. Il reçoit alors une mystérieuse lettre qui l’invite à se présenter à un entretien d’embauche à la bibliothèque. Il y rencontre le très mystérieux Judson, en charge des lieux et de leurs artéfacts magiques, et Charlène l’intendante, bureaucrate typique, mais assez amusante dans le contexte.
Simple, concis, efficace, le décor est planté.
Flynn sort de sa bulle pour se jeter dans une autre qui parlera à tous ceux que la lecture a fait rêver de grandes aventures. On suit volontiers ce bibliothécaire un peu à l’Ouest qui se prend pour Indiana Jones, même si le scénario est truffé de clichés et tissé de grosses ficelles, ce qui d’ailleurs est tout à fait assumé et même accentué. C’est un divertissement qui ne se prend pas au sérieux et se moque gentiment de lui-même, ça contribue à le rendre sympathique. Ces films sont pleins d’un humour un peu bêbête qui peut avoir son charme et qui, heureusement, n’amène jamais le spectateur à saturation. Il y a également de nombreuses références, plus ou moins faciles à déceler, à la culture pop.
Le premier opus est sympa mais sans plus, comme je l’ai écrit précédemment. Mon opinion sur lui n’a pas changé depuis que je l’ai revu.
Le deuxième est le moins bon du lot avec un scénario encore plus lourd et convenu, toujours sur le même modèle rappelant vaguement Indiana Jones. En second rôle féminin, Gabrielle Anwar est aussi profonde que la soucoupe d’une tasse à thé et réussit l’exploit de rendre par son jeu le personnage qu’elle incarne encore plus insupportable qu’il ne l’est déjà.
Le troisième film, par contre, rehausse le niveau. Cette fois l’intrigue change un peu et Flynn nous entraîne à la Nouvelle-Orléans, ambiance vaudou en perspective, sur les traces de Dracula lui-même, rien que ça ! Évidemment vous verrez toujours venir les événements, cependant l’humour et les multiples références aidant, ce n’est pas désagréable à regarder. J’ai eu la surprise de découvrir Stana Katic (la Kate Beckett de Castle) dans cet épisode et il va sans dire qu’elle participe grandement au charme de celui-ci.
Globalement, ces trois téléfilms sans prétention se laissent regarder, mais j’espérais mieux pour la série.

La série

La première saison est composée de 10 épisodes, dont 2 servent d’introduction. Cela donne une intrigue à la manière d’un téléfilm pour un passage en douceur d’un format à l’autre. Les anciens personnages reviennent pour transmettre le flambeau, même si, évidemment, Flynn est plus présent dans ces deux épisodes que Judson et Charlène.
Je n’ai vu que les six premiers, je pense que la moitié de la saison m’a suffi pour me faire une idée raisonnablement précise de cette série.

Un petit résumé du point de départ ?
Ça fait une dizaine d’années que Flynn travaille à la bibliothèque et ça a clairement commencé à grignoter son cerveau… Aussi, il n’est pas très content quand la bibliothèque semble vouloir lui assigner un nouveau gardien, le colonel Eve Baird (Rebecca Romijn, aussi expressive que du granit), rationnelle, responsable et bien décidée à taper l’incruste.
Or, une personne mal intentionnée s’est donné pour but d’éliminer tous les bibliothécaires potentiels… Whedon si tu m’entends, je suis sûre que ça te rappelle un truc. Oui, vous aussi vous voyez tout de suite le topo. Flynn et Eve vont récupérer trois de ces bibliothécaires en perdition, Cassandra Cillian (Lindy Booth) la mathématicienne synesthésiste, Ezekiel Jones (John Kim) qui a choisi de mettre son intelligence au service de ses larcins et Jacob Stone (Christian Kane. Je savais que je l’avais déjà vu quelque part celui-ci… Joss, t’es encore là ? Tu ne leur as pas donné que de bonnes idées…) qui joue les bourrins parce qu’il n’assume pas son intelligence…
Pas besoin que je vous raconte la suite, demandons-nous seulement si la relève est assurée avec cette bande de caricatures sur pattes.

Non, clairement pas.
On trouve dans la série le même humour que dans les téléfilms, mais sans Flynn, Judson et Charlène, dont l’équipe avait une dynamique bien rodée, ça devient vite assez plat. Ces nouveaux bibliothécaires sont sympathiques au début, mais pas attachants, sans parler de leur gardienne qui me tape vraiment sur les nerfs… S’ils sont de bons acteurs, ils le cachent bien, renforçant l’aspect caricatural de leurs personnages.
Tout est dans l’excès et le superficiel. Il y a de l’idée en ce qui concerne les intrigues, mais elles ne sont jamais développées. On ne nous donne rien que des promesses de dragons et de contes de fées qui sont autant de pétards mouillés en fin de compte…
On voit venir ce que les scénaristes gardent sous le coude et non, je ne pense pas que ça apportera plus de dimension aux personnages… Ils ne sont pas assez travaillés et en deviennent agaçants. J’ai fini par me focaliser plus sur leurs mimiques et sur la voix crispante de Lindy Booth que sur l’histoire…
Le charme un peu régressif que l’on pouvait trouver à la série d’origine s’en est allé avec les acteurs qui la portaient à bouts de bras, ce spin-off n’en garde que les mauvais côtés et n’a pas assez de personnalité pour lui donner un nouveau souffle. L’arc principal qui se dessine à la mi-saison et qui est censé promettre une intrigue un peu plus étoffée n’est pas non plus parvenu à accrocher mon attention.
Dommage.

*

challenge WMF

Challenge Winter Mythic Fiction

Read Full Post »