Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Corse’

Un roman d’Elena Piacentini publié chez Au-delà du raisonnable.

*

commandant-leoni-t1-un-corse-a-lille-elena-piacentini

Présentation de l’éditeur :

Leoni débarque à Lille avec une réputation de dur à cuire, sa grand-mère et ses dossiers. L’équipe d’enquêteurs dont il prend le commandement n’en sait pas beaucoup plus, et, déjà, le cadavre d’une jeune prostituée et celui d’un chef d’entreprise au management brutal propulsent le groupe Leoni sur le terrain. C’est là que les flics se jugeront. Et le Corse préfère ça à de longs discours.

Un Corse à Lille est le premier tome d’une série de romans policiers mettant en scène le commandant Pierre-Arsène Leoni et son équipe. Les trois premiers volumes, autrefois disponibles chez Ravet-Anceau étaient épuisés depuis un moment. Ils amorcent leur retour avec ce premier tome, les deux autres arriveront dans les mois qui viennent.
La série est pour l’instant composée de sept volumes, en grand format chez Au-delà du raisonnable, en poche chez Pocket :

– Un Corse à Lille
– Art brut
– Vendetta chez les Chtis
– Carrières noires
– Le Cimetière des chimères
– Des forêts et des âmes
– Aux vents mauvais

Bien que ces romans puissent plus ou moins se lire indépendamment, ce premier tome est avant tout celui de la prise de contact avec Leoni et les autres personnages. Le passé de chacun y est évoqué, juste de quoi brosser les caractères, poser le décor et laisser le lecteur prendre ses marques. Ces personnages sont quelque peu caricaturaux, mais c’est pleinement assumé. On a la légiste déjantée, la fille de bonne famille, le bon-vivant aussi jovial que loyal, le prêtre défroqué, le séducteur à l’enfance difficile, l’ancien soldat… Vous vous dites que vous les avez déjà vus quelque part, mais au final ce n’est pas si dérangeant. L’envie de les connaître davantage s’instille peu à peu.
C’est probablement sur l’ombrageux Leoni qu’on en apprend le moins. Droit dans ses bottes, secret et tenace, il éveille forcément l’intérêt. De tous ceux qui gravitent autour de lui, j’ai plus particulièrement apprécié sa grand-mère. Il faut dire qu’elle me rappelle un peu la mienne… Tout Corse qui se respecte y reconnaîtra une figure familière et bienveillante, l’une de ces vieilles dames vêtues de noir, franches et farouches, mais tellement affectueuses. Les personnages sont le sel de ce roman, à côté l’histoire paraît secondaire.
Les chapitres sont extrêmement courts, parfois à peine deux pages. Cela donne un rythme très haché au début, le temps d’entrer dans le récit. Ils sont très visuels, donnant l’impression de regarder des plans cinématographiques. Puis, petit à petit, ce rythme saccadé devient un atout. Ce premier tome manque un peu de suspense, la brièveté des scènes lui offre une touche bienvenue de dynamisme.
Deux enquêtes se déroulent en parallèle, mais l’on sait tout du long où l’on va. Il me semble que c’est voulu. Je trouve cependant cela assez dommage. Quand je lis un policier, j’aime être déroutée et faire travailler ma logique.
Je reprocherais à Leoni en particulier et à ses équipiers en général de trop se baser sur leur intuition ainsi que d’être plus souvent tributaires du hasard que portés sur la collecte de preuves et la vérification des faits. C’est souvent trop facile et certains raccourcis m’ont laissée perplexe. Parfois, on ne sait pas comment ils en sont arrivés à certaines conclusions. Je pense notamment à un meurtre, qui est passé des années pour un accident, et qu’ils relient à leur affaire en cours sans la moindre preuve.
Ce premier tome a des défauts, mais reste une lecture distrayante. Et puis la série se bonifie avec le temps. À vous de vous faire votre opinion.

*

Read Full Post »

Un recueil de Francette Orsoni, publié chez Nathan dans la collection Contes et Légendes.

*

legendes-de-Corse

Présentation de l’éditeur :

Au bord d’une rivière, un jeune homme rêve d’amour en contemplant, à la dérobée, une fée qui peigne sa chevelure magnifique. Dans son atelier, un forgeron rusé et désintéressé trompe la Mort venue le chercher. Sous un orage terrible, un berger voit ses moutons transformés en rochers. En haut des montagnes, une pauvre jeune fille se met en route, fière et dure, pour rejoindre son riche fiancé… Figures tragiques et facéties du destin : écoutez, la Corse se laisse conter !

Sommaire :

– La bergère ligure
– Les jours prêtés
– Le comte Pazzu
– La fée du Rizzanese
– La Spusata
– Miseriu
– La pierre du Sarrasin
– le Mal de tête, le Point de congestion et la Mort
– Les quatre frères
– Petru Pà, le garçon qui répète sans comprendre
– Le diable et s*aint Martin
– Le Magu
– La légende des amandiers

*

Ce recueil est composé de treize contes parmi les plus connus de Corse. J’en ai moi-même maintes fois entendus la grande majorité, avec plus ou moins de variations, au cours de mon existence. Étant donné que l’esprit de la collection Contes et Légendes est justement de présenter des contes régionaux typiques, on peut considérer que le but est atteint.
Dans ces pages, vous rencontrerez entre autres une fille au cœur de pierre, une fée mélusinienne, des sorcières, beaucoup de bergers et bien entendu Saint Martin, personnage récurrent dans nos histoires, faiseur de miracles à l’esprit vif et taquin. Vous apprendrez aussi pourquoi nous appelons les 2, 3 et 4 avril des jours prêtés ou comment les bergers ont appris à préparer le brocciu.
Peut-être certains textes vous sembleront-ils familiers. Les contes sont ainsi faits qu’ils reprennent souvent des thèmes communs de par le monde, c’est pour cela qu’ils parlent à l’imaginaire de chacun.
Il est possible que vous soyez également surpris de découvrir dans ces contes des personnages chrétiens bien loin de leur image originelle. C’est très corse, la religion étant chez nous assez présente mais imprégnée de paganisme et autres superstitions.
Francette Orsoni, conteuse de profession, appose également sa patte sur ces récits – elle aime bien les envolées lyriques. C’est une façon de conter comme une autre, pas ma préférée, mais qui ne dénature pas vraiment les histoires. Cependant, il faut garder à l’esprit que ce sont des adaptations, une vision très personnelle donc, comme elle l’écrit elle-même. Cette souplesse narrative est aussi ce qui fait la richesse des contes et légendes.
J’ai toutefois été un peu déçue par sa version du Comte Pazzu qui, je trouve, passe à côté du symbolisme de l’histoire en omettant des détails que je juge importants et en insistant sur d’autres qui le sont moins. De même, la fin de Miseriu m’a semblé légèrement bâclée et il est dommage que dans les joutes du diable et Saint Martin l’épisode du pont ait été oublié. Mais nous avons tous notre façon de voir les choses et le bagage émotionnel que véhiculent pour moi ces contes ne me rend pas forcément très objective…
Malgré ces quelques réserves, il s’agit d’un bon recueil si vous souhaitez découvrir des contes corses caractéristiques. Du point de vue du style, il est à réserver aux enfants qui sont déjà de bons lecteurs. Gardez également à l’esprit que certains textes sont assez sombres, ce n’est pas pour un très jeune public. La Pierre du Sarrasin, notamment, n’est pas du tout pour les enfants et ce n’est d’ailleurs pas vraiment un conte à proprement parler. C’était la première fois que je le lisais et je suis dubitative quant à sa place dans un tel recueil. Son seul mérite est, à mon sens, d’expliquer succinctement la tradition des vœux de compérage. Cela mis à part, aucun des récits que je connaissais ne m’a traumatisée quand j’étais petite et je suis d’avis que les enfants font la part des choses, toutefois je préfère prévenir les parents qui choisiront en connaissance de cause.

Read Full Post »

Un ouvrage de Jean-Jacques Andreani, publié chez Albiana.

Corse, l'île des fées

Quatrième de couverture :
De la fée d’Ulmetu à l’enchantement de l’aigle… Elles sont douze les gracieuses fées de Corse qui invitent chacun à écouter leur histoire, souvent mystérieuse, aujourd’hui presque oubliée. Elles enchantent les rivières, les forêts, les montagnes et sont les gardiennes multiséculaires de la Nature. Rares sont ceux qui ont pu les rencontrer et connaître les bienfaits de leurs pouvoirs. Il ne faut pourtant pas grand-chose pour les voir… ouvrir grand ses yeux et ses oreilles et marcher à pas de loup. Elles en auront, alors, des histoires à vous raconter ! L’île et les territoires de l’imaginaire… La Corse est le berceau de traditions orales vivaces mettant en scène fées, ogres et autres personnages fantastiques. Originellement destinés à approcher par la parabole littéraire les secrets du monde, ces contes et légendes ouvrent les yeux sur l’indicible et le caché. Le présent ouvrage se propose de réinstaller ces personnages (les fées en l’occurrence) dans leurs lieux d’origines (vallée, rivière, etc.) et d’inviter les lecteurs à découvrir grâce à eux une Corse intime, vivante, réenchantée. Chaque conte est ainsi accompagné d’une description de la région et d’une carte. Il est donc en définitive un guide dont le fil rouge est la vie des fées de l’île.

Corse, l’île des fées est un recueil de contes au format un peu atypique. Il est aussi haut qu’une bande dessinée, mais sa largeur est à peu près équivalente à celle d’un grand format classique. Cela en fait un livre étroit et ne facilite pas la lecture. C’est toutefois un bel ouvrage, richement illustré par des photos, des dessins, des peintures, que ce soit en pleine page ou dans les marges.
Cet album d’une centaine de pages commence par un texte introductif qui nous présente les fées et la manière dont elles sont perçues en Corse. Agrémenté de citations issues de textes de référence, ce chapitre ne manque pas d’intérêt et éveille la curiosité du lecteur.
Viennent ensuite les contes. Enfin, je devrais plutôt dire les légendes, car elles sont rattachées à des lieux particuliers. Toutes sont écrites en français, sauf le premier texte qui est présent dans les deux langues. J’imagine que c’est parce que ce récit provient de la région de l’auteur et qu’il a dû vouloir l’inclure tel qu’on le lui racontait enfant.
Comme l’explique l’introduction, les légendes naissent souvent dans des lieux remarquables, aussi les fées leurs sont souvent associées. Sources, lacs, grottes ou fontaines font partie intégrante de ces histoires. Pour enrichir cet aspect, chaque conte est suivi d’un chapitre intitulé Promenade, nous présentant le décor de chaque histoire et ce qu’il y a à voir alentour, pour les rêveurs qui ont envie de partir sur les traces des fées corses ou simplement les curieux qui voudraient mieux connaître quelques lieux insolites et de beaux paysages, avec un peu d’histoire et de culture distillés au passage.
L’auteur y évoque par exemple la façon dont la glace était conservée et vendue, les eaux thermales, les chauves-souris, la récolte du liège et tant d’autres anecdotes ou spécificités relatives à la Corse. Evidemment celui qui s’intéresse à ces sujets devra chercher plus loin, mais l’entrée en matière, par le biais de la légende, est plutôt bonne.
Certains contes ont des traits communs. La fée étant associée à l’eau, on retrouve souvent une problématique liée à la sècheresse, mais ça n’empêche pas ces récits d’avoir leur part d’originalité et d’être plaisants à lire. J’en connaissais déjà une bonne partie, mais j’en ai découverts certains avec plaisir.
C’est un ouvrage fort bien construit, en plus d’être beau, et j’attends avec impatience celui qui portera sur les ogres.
A conseiller ou offrir aux amateurs de contes et de voyages, puis, évidemment, aux enfants qui apprécient toujours les contes.

Vous pouvez voir quelques pages pour vous faire une idée.

Read Full Post »