Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘deuil’

Un roman de Ann Hood, publié chez City éditions.

*

le-cercle-des-tricoteuses-ann-hood

*

Mary a brutalement perdu sa fille et ne sait plus trop où elle en est. Alors qu’elle s’enlise dans la dépression, elle va suivre le conseil de sa mère, avec qui pourtant elle ne s’entend pas. Mary va apprendre à tricoter pour s’évader, pour tenir à distance les pensées qui tourbillonnent et les gens trop compatissants qui accentuent son mal-être. Ce roman parle de deuil, de dépression, mais aussi de reconstruction.
J’avais envie d’une lecture réconfortante, quelque chose de simple, de doux. Alors j’ai ouvert ce livre, parce que je suis une tricoteuse et que je pensais que cette histoire serait amusante et légère, reposante. Je lis rarement les quatrièmes de couverture… « Oh non », me suis-je dit alors qu’entamant le premier chapitre je tombai sur cette maman endeuillée. Je n’avais pas envie de lire l’histoire de Mary, pas envie de porter le poids de son chagrin de papier.
Pourquoi suis-je passée outre ? Je ne le sais pas trop moi-même. Peut-être parce que petit à petit je me suis sentie proche de Mary pour diverses raisons et que cela a perduré dans les premiers chapitres. Après, j’étais lancée…
La forme du récit rappelle un peu L’école des saveurs d’Erica Bauermeister. On découvre les personnages secondaires au fur et à mesure. Ce roman ressemble à un tissage dont Mary serait la chaîne. Sur sa propre histoire s’entrecroisent les fils de ses camarades du cercle de tricot. Ils sont la trame de l’ouvrage, lui apportent de la couleur, de la texture, une raison d’être, faisant ressortir ses propres peines en la confrontant aux leurs.
Disons-le franchement, ce Cercle des tricoteuses devrait plutôt s’appeler le cercle des dépressifs… Pas un des personnages n’est heureux. Tous portent le poids d’un deuil, d’un traumatisme ou la menace d’une épée de Damoclès. Si ce roman se lit très vite, il n’est pas de ceux que l’on ouvre pour se détendre. Les notes d’espoir se font rares. Je pense que j’ai continué ma lecture pour évacuer le mal-être de ces personnages et que leurs histoires ne me trottent pas plus longtemps en tête.
Je n’ai pas aimé la vision du tricot que dépeint l’auteur. Certes, tricoter à la chaîne aide à tenir à distance les pensées parasites, à s’apaiser, à s’organiser même, mais c’est tellement réducteur ! Tricoter peut être une thérapie, mais c’est également fun, créatif, valorisant. Contrairement à ce qui est dit entre ces pages, le produit fini a de l’importance. Il est la récompense de tant d’efforts…
Au-delà de cette considération très personnelle, les gros clichés bien patauds m’ont beaucoup agacée. Le récit en est truffé, c’est tellement poussé que cela en devient ridicule par moment. Et c’est dommage, vraiment, car cela dépare les bons côtés du roman.
De surcroît, ce texte est plein de défauts formels. Parfois les ellipses ne sont pas marquées par un saut de ligne. On est chez Mary qui discute avec son époux et elle se trouve d’un coup au cercle de tricot à observer ses camarades… Il y a en outre ce que je suppose être des erreurs de traduction, assez fréquentes chez cet éditeur (comme le problème des ellipses d’ailleurs). Pour citer quelques exemples, les pompons désignent en fait des franges, les mailles envers sont appelées points mousse, j’en passe et des meilleures… Ça ne dira rien aux personnes qui ne tricotent pas, mais ça prouve la piètre qualité du travail qui a été fait sur ce texte.
Malgré tout, j’ai trouvé touchants certains personnages quand d’autres m’ont laissée de glace. Probablement parce que leurs malheurs ont pincé quelques cordes sensibles. J’espérais une fin heureuse pour eux.
Ce roman a cela de réussi qu’il nous rappelle que derrière le succès, la perfection, mais aussi la froideur ou la bizarrerie, il y a nos drames invisibles, nos hantises, nos regrets… Il nous rappelle qu’il est plus facile parfois de tendre la main ou de se confier à des inconnus, mais surtout que les attitudes de façade sont trompeuses et qu’être en permanence dans le jugement d’autrui ne génère que davantage d’incompréhension et de souffrance.
Il y a du bon et du mauvais dans cette lecture. Elle ne me marquera pas. Pour autant, je ne regrette pas le temps que je lui ai consacré. À vous de vous faire votre opinion.

Read Full Post »

Une BD scénarisée par Toldac et Pierre Makyo, illustrée par Frédéric Bihel et publiée chez Futuropolis.

 

tout_sauf_l_amour

Présentation de l’éditeur :

Nina de Beaumont est anhédonique, c’est-à-dire qu’elle ne prend de plaisir à rien depuis la mort accidentelle de sa mère lors d’une avalanche. Elle avait six ans. À ce jour, elle a essayé toutes sortes de thérapies, mais aucune n’a réellement produit de mieux-être. Et pour elle, désormais, le bonheur c’est de ne pas avoir de bonheur. Son père, Antoine de Beaumont, est désespéré : Nina est tout pour lui. Il fait appel à une agence matrimoniale d’un type nouveau, «révolutionnaire», pour s’occuper de sa fille, car il se rend compte qu’il a tout essayé pour améliorer le sort de Nina… Tout sauf l’amour.

Depuis qu’elle a perdu sa mère, Nina s’interdit le bonheur ainsi que le moindre plaisir. Elle va jusqu’à faire des choses qu’elle déteste pour ne jamais perdre de vue le drame qui a mis un terme à son enfance et à son insouciance. C’est sa façon de porter le deuil. Toutefois, son père s’inquiète et il est désespéré. Il a presque tout essayé pour sauver sa fille d’elle-même, cependant la vie va lui faire entrevoir l’opportunité d’une dernière tentative.
Tout sauf l’amour est une sympathique BD d’une petite centaine de pages, qui évoque les traumatismes, qui nous détruisent et nous reconstruisent pour le meilleur et le pire, ainsi que l’étrange alchimie de l’amour.
À la lecture des premières pages, je n’étais pas du tout convaincue. Pourtant, je me suis laissé aller à apprécier l’histoire petit à petit. Ce n’est pas le scénario du siècle, il est aussi capillotracté que prévisible, néanmoins il fonctionne.
José est un personnage arrogant, plutôt antipathique de prime abord. C’est un jeune homme très axé sur lui-même. Il a des tas de théories scientifiques sur l’amour et ne voit pas plus loin que cette petite part de vérité. Si les hormones jouent sans nul doute un rôle dans le ballet des sentiments humains, n’y a-t-il pas autre chose d’impossible à expliquer ?
Nina est plus touchante. On ressent sa grande tristesse, mais aussi une forme de fatalisme qui donne envie de la secouer, même si on la comprend.
Leur histoire est certes évidente, mais tout de même agréable à découvrir. Je regrette cependant la fin, un peu bâclée à mon goût. Ceci dit, je reconnais qu’il est difficile de développer un récit complexe en si peu de pages, c’est dommage.
Tout sauf l’amour est une jolie BD. Ce n’est pas vraiment le type d’illustrations que j’apprécie, surtout à cause de la colorisation très « granuleuse », cependant c’est une question de goût, non de qualité. Le dessin lui-même est très minutieux. Le soin apporté aux détails, ainsi que les expressions faciales de Nina m’ont plu.
Dans l’ensemble, j’ai passé un bon moment de lecture, même si le scénario reste trop superficiel.

Read Full Post »