Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘dictature’

Un roman d’Anthelme Hauchecorne, publié par l’Atelier Mosésu.

Ce roman est le premier de la série l’Atlas des songes, dont chaque tome sera autonome.

*

ads1-journal-d-un-marchand-de-reves-anthelme-hauchecorne

Présentation de l’éditeur :

« J’ai séjourné en hôpital psychiatrique. Pas de quoi fouetter un chat sauf lorsque, comme moi, vous êtes fils de stars. Par crainte du scandale, mes parents m’ont expédié loin d’Hollywood, dans la vieille Europe.
Les meilleurs spécialistes m’ont déclaré guéri. En vérité, la thérapie a échoué. Les songes ont repris, plus dangereux que jamais.

Malgré moi, je me trouve mêlé aux intrigues de puissants Rêveurs. Des gens charmants et bien décidés à m’éliminer, mais avec élégance.

M’entêter serait totalement déraisonnable. Pourtant, deux plaies à vif m’empêchent de tourner la page…

La première est une fille.

La seconde, une soif de vengeance.

Je m’appelle Walter Krowley. Vous tenez mon journal intime. Prenez-en soin. Ce livre pourrait devenir mon testament… »

Walter Krowley n’est pas un mauvais gars. Fils d’un acteur célèbre, il a toujours eu tout ce qu’il lui fallait d’un point de vue matériel, mais il a manqué de l’essentiel. Jeune scénariste de dix-huit ans pas vraiment motivé, il ne sait tout simplement pas trop quoi faire de sa vie, jusqu’à ce que survienne un accident qui va tout bouleverser. Du jour au lendemain, il se trouve propulsé dans un monde inconnu durant son sommeil. La nuit, il vit à Doowylloh, le pendant onirique d’Hollywood, et on ne peut pas dire que la démocratie règne dans cette ville…
Dans son journal, Walter nous conte les mésaventures auxquelles il doit faire face, de la découverte de son Ça à la surveillance constante de l’administration, en passant par un exil forcé dans un rêve aussi dangereux que délétère. En parallèle, durant l’éveil, sa créativité qu’il croyait atrophiée se développe. Néanmoins, sa vie ne devient pas plus facile pour autant.
Anthelme Hauchecorne a créé, comme à son habitude, un univers complexe, quoiqu’un peu frustrant puisque que nous n’en découvrons les rouages qu’au compte-goutte. L’action y est omniprésente, mâtinée de steampunk et nourrie de western, mais l’intrigue ne manque pas de profondeur. C’est assez classique dans la gestion des rêves et de leur potentiel, cependant le roman trouve son originalité dans le mélange des genres ainsi que certains aspects de l’existence dans l’Ever.
J’ai préféré la deuxième moitié du récit, où sont davantage développés les sujets qui m’intéressaient comme le commerce du sable, qui est en quelque sorte l’or des rêves, et le fonctionnement de ce monde onirique, contrairement à la première qui est très axée sur l’aspect western, genre dont je ne suis pas fan.
Je ne me suis pas intéressée à la légère romance, par contre j’ai appris à apprécier le personnage principal ainsi que quelques autres. Walter est un brin naïf, mais il évolue beaucoup. Dans ce monde dangereux où le « chacun pour soi » est la règle de base, il faut faire des concessions pour survivre. On s’inquiète de l’avenir du jeune homme, mais plus encore des choix que lui-même va faire.
Ce roman parle de trahison et de faux-semblants, de la difficulté de grandir et d’être soi, de la grande exigence (parfois dans la douleur) du processus créatif et de la tromperie que cachent quelquefois les apparences les plus anodines.
Il s’agit du premier tome d’une série dont les volumes peuvent se lire indépendamment. Très bien écrit, ce roman d’aventure original au background solide et au rythme effréné saura plaire aux adolescents autant qu’aux adultes. J’ai beaucoup aimé les références à la culture pop, surtout dans les titres de chapitres qui m’ont amusée. La part steampunk du récit change résolument de ce qui se fait dans le genre en général et l’auteur sait ménager son suspense.
Ce fut une bonne lecture et je suis assez curieuse de découvrir le prochain tome et de voir comment l’univers sera développé, d’autant que la conclusion réussit à être frustrante même si elle se suffit à elle-même.

*

Découvrez également l’avis d’Acr0.

*

sfff-diversite

Cette lecture compte pour le challenge SFFF et diversité dans les catégories suivantes :
– Lire un roman SFFF young adult.
– Lire un livre dans lequel une IA ou des robots ont un rôle prépondérant.

Read Full Post »

Un roman de Denis Hamon, publié chez Ad Astra.

*

Les_Compagnons_Du_Foudre_

Présentation de l’éditeur :
Plusieurs décennies après l’apocalypse, le monde est noyé sous la brume.
Tombée du ciel à travers la carlingue du Foudre, un vaisseau de pirates, une jeune femme s’éveille sans aucun souvenir.
Bien décidé à l’aider à retrouver la mémoire, l’hétéroclite équipage se heurte très vite aux dirigeants fanatiques de ce sombre futur, guidés par une religion basée sur le tarot.
Et tandis qu’au-dessus d’eux plane l’ombre terrifiante des Taromanciens, les compagnons du Foudre partiront en quête de vérité et iront, si nécessaire, jusqu’à la mort.
Pirates, oui, mais avec un sacré code de l’honneur !

Ce roman d’aventures m’a beaucoup rappelé la série Firefly (que j’adore) : une jeune fille étrange échappe de justesse à ses geôliers et est recueillie par un groupe de hors-la-loi écumant les airs dans un vieux vaisseau brinquebalant… Il y a de nombreuses similitudes, mais au final les deux ne peuvent être comparés.
Le monde créé par Denis Hamon a été ravagé par une guerre sans merci. Une brume toxique a envahi la terre, forçant les humains à se retrancher dans les hauteurs ou mieux dans des cités volantes. L’Ordre du renouveau, qui vénère les arcanes du Tarot, étend son influence sur l’humanité, aidé en cela par la figure mythique des Taromanciens, étranges créatures imprévisibles et quasi-divinisées. Plume, tel est le nom que la fugitive se choisira, est amnésique et ne sait pas pourquoi les prédicateurs en ont après elle. L’équipage du Foudre va tenter de l’aider à le découvrir.
J’adore les histoires de pirates stellaires ; celle-ci est assez représentative du genre, mais il m’a manqué quelque chose pour vraiment accrocher. Je ne saurais dire quoi, peut-être un peu de peps. Les Compagnons du Foudre est cependant un roman sympathique, bourré d’action, et cette religion née du tarot, assortie de la dictature instaurée par ses prêtres, se révèle intéressante. Les aventures de l’équipage sont pleines de rebondissements et m’ont fait l’effet d’être découpées en épisodes. J’en ai apprécié certains plus que d’autres, mais le tout est équilibré. On apprend à connaître les personnages dans l’action comme au quotidien, ce qui est agréable. Néanmoins, quelque chose m’a empêchée de m’attacher vraiment à eux. Je les ai trouvés un peu caricaturaux.
Ce fut une lecture distrayante et j’ai beaucoup apprécié la fin. L’intrigue, bien ficelée, nous emmène sur des sentiers inattendus et on se rend compte qu’aucun détail n’était dû au hasard.

Read Full Post »