Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘quête’

Un roman de Vincent Tassy, publié aux éditions du Chat Noir.

 

apostasie_tassy

Présentation de l’éditeur :
Anthelme croit en la magie des livres qu’il dévore. Étudiant désabusé et sans attaches, il décide de vivre en ermite et de s’offrir un destin à la mesure de ses rêves. Sur son chemin, il découvre une étrange forêt d’arbres écarlates, qu’il ne quitte plus que pour se ravitailler en romans dans la bibliothèque la plus proche.
Un jour, au hasard des étagères, il tombe sur un ouvrage qui semble décrire les particularités du lieu où il s’est installé. Il comprend alors que le moment est venu pour lui de percer les secrets de son refuge.
Mais lorsque le maître de la Sylve Rouge, beau comme la mort et avide de sang, l’invite dans son donjon pour lui conter l’ensorcelante légende de la princesse Apostasie, comment différencier le rêve du cauchemar ?

Imaginez que les romantiques Britanniques et Allemands se disputent des contes de fées très connus, les tordent en tous sens, les corrompent, mais les humanisent aussi… Saupoudrez cette œuvre improbable de gothique vampirique et vous obtiendrez Apostasie. Sorte de conte inversé, comme reflété par un miroir maléfique qui en montrerait la face obscure, ce roman distille son merveilleux discordant et atypique, tout en paraissant familier au bibliophage averti. On y retrouve les codes, bien qu’ils soient dévoyés, des genres précités, ainsi que de multiples références à d’autres ouvrages plus ou moins connus. Cette érudition se fond dans l’histoire et c’est un réel plaisir pour tout amoureux des livres.
La préciosité du style est parfaitement adaptée au récit, mais peut rebuter dans les premiers chapitres. C’est elle qui me rappelle beaucoup les écrits, poétiques et fourmillant de détails, de Mme d’Aulnoy en particulier, mais sans leur côté kitsch et par trop galant. Apostasie est composé de contes glauques, imbriqués les uns dans les autres. Ils s’enroulent autour de la trame principale et la nourrissent, comme pour mieux emprisonner le narrateur, mais aussi le lecteur, dans leur toile.
Anthelme est un jeune homme étonnant, à la fois naïf et aguerri. Grand lecteur et solitaire, il a choisi de vivre en marge de la société. Il y a une candeur dans sa façon d’être, à la fois innocence et potentiel en latence, qui fait qu’il est prêt à accepter toutes les bizarreries et que j’ai parfois eu l’impression qu’il réagissait comme on le fait dans un rêve : en sachant qu’on pourrait s’éveiller à tout instant. Anthelme a beaucoup lu… Il ne veut vivre, si ce n’est sa légende. Il s’éveillera presque malgré lui. J’ai appris à l’aimer, petit à petit.
Il en va ainsi des contes, mêmes sombres, le héros pénètre dans la forêt. Et celle-ci est loin d’être ordinaire… Elle est sylve aux arbres rouges, elle est organe pulsant… La forêt, dans les contes comme les récits médiévaux, est le lieu de la sauvagerie, sans notion de bien ni de mal. Les règles de la société n’y ont plus cours et elle peut s’ouvrir sur des pays imaginaires… Dans la forêt, on se perd et on se trouve, à la fois changé et plus proche de soi, on fuit le monde, mais on doit y retourner un jour. Dans celle-ci, au lieu d’une fée, Anthelme va croiser un vampire. Ceci dit, on peut se demander laquelle de ces deux créatures serait la plus cruelle…
J’ai eu quelques difficultés à m’immerger dans les aventures d’Anthelme et c’est à cause de la première partie, trop dolente… Bien écrite, sans nul doute, mais j’ai lu beaucoup de récits de ce type. Aujourd’hui je préfère la sobriété à la mélancolie langoureuse d’une poésie enrobée de préciosité qui se délecte de sa propre algie. Les rêves brisés des personnages m’ont rendue nauséeuse. Cet imaginaire mutilé, dont on regarde goutte à goutte s’écouler l’ichor, n’est pas pour moi. J’ai eu par moment l’impression d’observer malgré moi des scènes sordides que je n’étais pas censée voir. Ce n’est pas effrayant, c’est dérangeant. Il y a du sang, bien sûr, de la violence, mais, si vous craignez les récits horrifiques, sachez que cela reste tout à fait supportable. C’est plus malsain que gore.
Ce récit languide, froid comme une couleuvre, glisse sur l’esprit du lecteur, le fait frissonner, non de peur, mais de malaise, laissant une trace sinueuse et désagréable. C’est ce que je pensais en découvrant la première partie. Contrairement à Anthelme, je me méfiais. Et puis petit à petit on se laisse prendre au piège, on s’attache aux personnages… On voudrait inventer pour eux une fin heureuse. À l’instant où Anthelme entend les premiers mots de la légende d’Apostasie, j’ai été saisie. Comme chacun sait, le ravissement et le dégoût engendrent la fascination. Tout comme le héros, je ne pouvais plus m’échapper. J’ai adoré Ambrosius et Lavinia, leurs peines et leurs fêlures, leur grandeur et leur folie, leur amitié sans faille…
Ensuite, j’ai mieux compris la facture de la première partie. Puis, est venu le moment où je n’ai plus pu lâcher le livre. Il fallait que je voie s’accomplir la légende, que je sache la fin. Et je n’ai pas été déçue, loin de là. Cette œuvre sort vraiment des sentiers battus.
Apostasie est typiquement le genre de roman que l’on aime ou pas, difficile de faire dans la demi-mesure, cependant il est indubitable qu’il s’agit d’un véritable joyau de merveilleux noir.

Read Full Post »

Un roman de Robin Sloan paru en grand format chez Michel Lafon et disponible en poche chez Points.

*

m. penombre, libraire ouvert jour et nuit - robin sloan

Il n’y a pas à dire, la couverture du grand format est beaucoup plus belle que celle du poche…

Présentation de l’éditeur :

(J’ai choisi le résumé de l’édition poche car il en dit beaucoup moins.)

Graphiste-designer au chômage, Clay erre dans San Francisco. Le hasard le mène à l’étrange librairie ouverte jour et nuit de M Pénombre. Tard le soir, les membres d’un club de lecture viennent y emprunter de vieux volumes cryptés. Appartiennent-ils à une secte, sont-ils des lecteurs d’un genre nouveau ? Embauché en tant que vendeur, Clay est bien décidé à percer le mystère de ces érudits légèrement allumés…

Clay Jannon est un jeune homme sympathique, mais tout ce qu’il y a de plus banal. Il est intelligent, a fait des études, mais ne possède pas vraiment de compétence qui le fasse sortir du lot. Il peine à trouver sa place sur le marché du travail et sent confusément qu’il pourrait louper cette délicate période charnière de son existence. Puis, il découvre par hasard l’étrange librairie de M. Pénombre où il se fait engager comme vendeur.
Cette boutique sort juste assez de l’ordinaire pour faire rêver tout grand lecteur et Clay, s’il n’est pas bibliophage, est sans nul doute un rêveur dont les jeunes années ont été bercées par les littératures de l’imaginaire. Il a besoin d‘apprendre de nouvelles choses et d’évoluer, mais le travail à la librairie ne semble pas avoir grand-chose à lui offrir de ce côté-là. Enfin, c’est ce qu’il croit.
J’ai éprouvé un réel plaisir à suivre ce personnage, même si l’histoire s’est révélée très différente de ce que j’attendais. La librairie de M. Pénombre m’a fait rêver. J’aurais adoré pouvoir résoudre les énigmes avec ces lecteurs tous plus décalés les uns que les autres. Mais moi je n’aurais pas triché…
Le roman est divisé en trois parties et le mystère reste très longtemps en périphérie du récit. Cela ne m’a pas ennuyée. J’ai bien aimé suivre le quotidien tranquille de Clay. Il fréquente des gens brillants et plus ou moins hauts en couleur. Sloan a créé une atmosphère à la fois sereine et baroque, dans laquelle je me suis volontiers laissé dériver.
Puis, petit à petit, les bizarreries de la librairie reprennent le dessus. Qui finance ce magasin si peu fréquenté ? Et surtout que viennent chercher les lecteurs plus ou moins loufoques qui empruntent les livres du « fonds du fond » que Clay a interdiction d’ouvrir ?
Sans s’en rendre compte, le lecteur se trouve embringué dans une quête. À mon grand dam, ce n’est pas un vrai jeu de piste, parce que Clay triche. Le lecteur ne peut que suivre et, s’il tire des conclusions de ses propres observations, il n’a pas la chance de pouvoir participer plus activement à la résolution du mystère. Cela s’arrange néanmoins dans la dernière partie.
L’auteur a le goût du détail, ce que le lecteur attentif ne peut qu’apprécier. Les noms, notamment, ont de l’importance. L’intrigue n’est pas exceptionnelle, mais elle est prenante la plupart du temps. Les personnages, indubitablement le point fort du roman, semblent former une constellation et sont tous intéressants.
Aux deux tiers du récit, il y a bien quelques longueurs… Et puis la technophilie de Clay devient lourde. Apple, Kindle, Google… En plus de rimer, cela fait placement de produits. Mais ce sont les seuls défauts que j’ai pu trouver à ce très bon roman. La fin m’a beaucoup plu, me faisant passer outre mes griefs.
M. Pénombre, libraire ouvert jour et nuit est un roman pour les chercheurs et les faiseurs, pour les lecteurs qui ont le goût du détail autant qu’une imagination débordante.

Read Full Post »