Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘sorcellerie’

penny-dreadful

*

Penny dreadful est typiquement le genre de séries qui ne m’attire pas par nature. Je suis plutôt réfractaire à tout ce qui est horrifique ; la réalité me semble déjà suffisamment lugubre sans avoir à en rajouter. Toutefois, dans le cas de cette série, j’ai bien fait de passer outre car elle est devenue, et ce dès la première saison, l’une de mes favorites. C’est sombre, inquiétant, mais sans verser dans le gore, ou en tout cas jamais gratuitement. J’y retrouve l’ambiance et les thèmes que j’aime dans les vieux récits de Fantastique.
Penny dreadful nous parle d’humanité, dans tout le spectre de celle-ci : des ténèbres les plus opaques à la lumière la plus éclatante. Elle évoque la fragilité de l’être, fait réfléchir sur la monstruosité qui se cache ou s’affiche en chacun. Or, cette monstruosité possède de nombreuses facettes… Les personnages sont en quête de paix intérieure. Être en paix avec soi, avec ce que l’on est, passe par la découverte de notre part la plus occulte, c’est une confrontation permanente. Ces thèmes m’intéressent et me bouleversent, d’autant qu’ils sont très bien traités.
Loin de me décevoir, la deuxième saison que j’ai dévorée vitesse grand V n’a fait que me confirmer l’excellence de cette série. Pourtant, mes attentes étaient grandes.
J’ai pu lire par-ci par-là que certaines personnes trouvaient l’évolution de l’intrigue trop lente ; pour ma part, je pense au contraire que l’intensité dramatique est parfaitement dosée. Ce n’est pas censé être épique ou haletant, mais ça ne manque pas de suspense pour autant. Si la première saison était composée, à mon sens, de tableaux parents, la deuxième a pris un tour plus intimiste, plus fluide. Les intrigues s’imbriquent facilement, parfois peut-être trop, mais le tout est aussi cohérent que fascinant.
Le développement des personnages sonne juste, les acteur sont excellents et Eva Green, qui m’avait déjà beaucoup impressionnée dans la première saison, est réellement formidable dans le rôle de Vanessa Ives. Son personnage est complexe, le jouer doit être très éprouvant, mais elle s’en sort brillamment, elle fait passer toutes les émotions et contradictions de Vanessa, toutes ses peines et ses espoirs. Elle la rend vivante.
Je suis par contre beaucoup plus perplexe en ce qui concerne l’acteur qui incarne Dorian Gray. Si le personnage ne me déplait pas, je le trouve néanmoins trop lisse. Cependant, j’attends de voir ce qui se prépare pour la saison 3. J’espère avoir des surprises.
Penny dreadful gagne à être vue, c’est une très bonne série du point de vue scénaristique, mais aussi esthétique. Je vous la conseille.

Read Full Post »

Dernier tome de la trilogie Fille d’Hécate, écrite par Cécile Guillot et publiée aux éditions du Chat Noir.

Vous pouvez également consulter mes articles sur le premier volume et le deuxième.

*

le_chant_de_la_lune__filledhecate3__cecile_guillot

Présentation de l’éditeur :
« Je pensais que découvrir d’où je viens serait une sorte d’accomplissement… Hélas, les choses se passent rarement comme prévu et me voilà au milieu d’une histoire mêlant malédiction, prophétie et déesse oubliée. Suis-je assez forte pour jouer les héroïnes ? Rien n’est moins sûr ! »

Maëlys et ses amies sorcières vont devoir plonger au cœur des Ardennes et de ses troubles légendes. Terre de féerie mais aussi de sombres dangers, car si retrouver ses racines est source de joie, c’est aussi la plus grande épreuve que la jeune femme ait jamais eu à affronter.

En ouvrant ce troisième volume de Fille d’Hécate, j’avais un peu l’impression de partir retrouver une vieille amie. En quelque sorte, j’éprouve une certaine affection envers Maëlys. Elle est pour moi l’image même de la petite sœur de laquelle on se sentirait presque responsable. Pourtant, la timide jeune fille qu’elle était a fait du chemin depuis le premier tome, même si elle reste fragile parfois et manque encore de confiance.
Dans Le Chant de la Lune, notre petite sorcière va enfin se réconcilier avec son passé et découvrir le secret de ses origines. Cela la taraude depuis longtemps et c’est un moment que j’attendais impatiemment. J’ai obtenu toutes les réponses que j’espérais. Cependant, j’ai été ravie que Maëlys soit accompagnée de ses proches dans sa quête. Ils amènent davantage de relief à cette histoire qui reste quand même un peu rapide, comme ce fut le cas pour les volumes précédents.
J’ai apprécié le clin d’œil que glisse l’auteur dans les pensées de Maëlys, quand cette dernière revient sur l’évolution de sa vie durant les derniers mois et a conscience qu’elle a été très prompte à croire en son don. Cette remarque est souvent revenue dans les chroniques du premier tome, je l’avais moi-même faite, sans pour autant m’en formaliser trop car je trouvais que Maëlys était dans le genre de situation où l’on se trouve prêt à croire car on en a besoin. C’est de l’ordre de la sensation plus que de la réflexion. Cela m’a néanmoins fait sourire de voir la jeune fille s’étonner de sa propre crédulité et la rationaliser.
Le Chant de la Lune est dans la lignée de ses prédécesseurs, si vous les avez aimés, il en sera de même pour celui-ci. C’est un joli, bien que trop court, roman pour les amateurs d’histoires de sorcières et surtout de Wicca. J’ai particulièrement apprécié que l’intrigue se situe dans les Ardennes et se serve d’un folklore qui finalement est très peu présent dans le fantastique moderne alors qu’il est extrêmement riche.
Ce roman se lit d’autant plus vite que l’écriture est très fluide, néanmoins, j’ai relevé beaucoup de coquilles. La plus mémorable étant une inversion de prénoms. Cela demeure toutefois une belle conclusion pour cette trilogie.
Et pour ceux qui sont nostalgiques en songeant que l’histoire de Maëlys s’arrête ici, sachez qu’un recueil de nouvelles numérique concernant les personnages secondaires est prévu pour 2016. Pour ma part, je serai ravie de retrouver les sœurs de coven de Maëlys dans des histoires où elles seront à leur tour au premier plan.

*

challenge WMF

Challenge Winter Mythic Fiction

Read Full Post »

Un roman de Jo Walton publié aux éditions Denoël.

*

Morwenna

Présentation de l’éditeur :
Morwenna Phelps, qui préfère qu’on l’appelle Mori, est placée par son père dans l’école privée d’Arlinghurst, où elle se remet du terrible accident qui l’a laissée handicapée et l’a privée à jamais de sa sœur jumelle, Morganna. Là, Mori pourrait dépérir, mais elle découvre le pouvoir des livres de science-fiction. Delany, Zelazny, Le Guin et Silverberg peuplent ses journées, la passionnent.
Un jour, elle reçoit par la poste une photo qui la bouleverse, où sa silhouette a été brûlée. Que peut faire une adolescente de seize ans quand son pire ennemi, potentiellement mortel, est une sorcière, sa propre mère qui plus est? Elle peut chercher dans les livres le courage de combattre.
Ode à la différence, journal intime d’une adolescente qui parle aux fées, Morwenna est aussi une plongée inquiétante dans le folklore gallois. Ce roman touchant et bouleversant a été récompensé par les deux plus grands prix littéraires de la science-fiction : le prix Hugo et le prix Nebula. Il a en outre reçu le British Fantasy Award.

Morwenna, dite Mori, est une adolescente un peu à part, qui croit aux fées et en la magie. Elle a 15 ans, souffre encore physiquement des séquelles d’un accident et demeure surtout profondément traumatisée par la mort de sa jumelle. Elle s’est enfuie de chez sa mère pour atterrir chez un père qu’elle n’a jamais connu. Elle a quitté son Pays de Galles natal et, s’il n’est pourtant pas si loin, elle se sent vraiment en pays étranger, d’autant plus qu’on l’envoie en pension dans un établissement scolaire huppé où elle ne se sent pas du tout à sa place.
Ce roman, de son titre original Among Others (tellement bien trouvé au regard du récit lui-même), est écrit sous forme de journal. Morwenna y consigne ses réflexions à propos de ses lectures et de sa vie en général. Elle ne trouve de réconfort que dans la lecture, du moins au début.
Dans les premières entrées de son journal, que d’ailleurs elle écrit en miroir, ce que je trouve très significatif, on sent l’opposition entre le « nous » et le « je », comme une rupture entre le passé et le présent. Morganna et Morwenna sont un peu comme Castor et Pollux ; Mori se sent entre deux mondes, à la fois morte et vivante, depuis le décès de sa jumelle. Le fantastique est savamment employé, l’adolescente est prise dans une perpétuelle oscillation entre deux mondes : le réel, avec son quotidien à l’école, sa solitude et ses soucis, puis le symbolique dans lequel elle pratique une magie simple, mais tortueuse, et où se meuvent ces fées qu’elle pense voir.
Cette histoire se déroule à la fin des années 70, époque marquante en ce qui concerne la SF, ce qui donne une saveur particulière au roman. Morwenna est une jeune fille fragile, mais combattive, intelligente et touchante. Elle a vraiment l’impression d’être en quête, bien qu’elle ne sache pas forcément de quoi au départ quand elle essaie juste de limiter la casse et de se protéger de l’influence maternelle.
Les livres sont sa planche de salut, elle en dévore au moins deux par jour. En vraie lectrice compulsive, Morwenna parle beaucoup de ses lectures, surtout au début quand elle n’a pas grand-chose d’autre dans sa vie. Elle évoque de très nombreux titres. J’ai dû à peine lire le quart d’entre eux et pas forcément ceux qui lui donnent le plus à réfléchir, notamment les écrits de Delany. Cependant, je n’ai pas trouvé cela gênant, même si je me suis renseignée un minimum pour certains. Des références plus pointues sur ces textes aideraient sans doute à mieux la comprendre, mais d’un autre côté cela donne aussi envie de les lire.
Cela peut parfois sembler un peu ennuyeux pour qui n’est pas particulièrement bibliophile, Morwenna enchaîne tant de titres d’ouvrages, mais si on la comprend, si on sait qu’elle cherche à la fois à se protéger et à vivre dans ce monde grâce aux livres, on voit les choses sous un autre angle, au-delà de cette simple énumération. Les livres la nourrissent, la protègent, la guérissent, l’aident à grandir, comme une nouvelle gestation. Loin de chez elle, parmi des gens qui ne la comprennent pas, privée de sa sœur alors qu’elles n’avaient jamais mis de limite de personnalité entre elles deux, blessée, détestée par sa mère et près d’un père effacé qu’elle ne connaît pas, il ne lui reste plus que sa passion pour la littérature. En cela, je me suis sentie très proche d’elle.
Ce qui doit être retenu, selon moi, est que les livres sont sa manière de se confronter au monde, elle est en état de choc, c’est sa seule façon de l’appréhender sans devenir cinglée, comme une thérapie en quelque sorte. Ainsi elle a, sur les romans qu’elle lit ou la vie en général, des réflexions intéressantes alors que d’autres la feraient passer pour une complète extraterrestre. Elle ne sait tout simplement pas comment vivre parmi les autres. Parfois elle semble vraiment perturbée, le plus souvent déconnectée à tout le moins. Elle consterne le lecteur ou lui inspire un élan de tendresse. Elle est socialement inapte, ne connaît pas du tout les codes, mais c’est une fille attachante derrière sa froideur analytique et son pragmatisme qui tranchent face à ses croyances ésotériques. Elle a juste besoin de trouver des gens qui peuvent la comprendre et l’aimer telle qu’elle est.
Sa sœur est comme un fantôme mélancolique, symbolisant l’enfance qui disparaît et cette part de Mori dont elle se sent amputée. On la voit guérir peu à peu, chercher sa place et sa personnalité en tant qu’individu et non plus comme la moitié d’une paire de jumelles. C’est émouvant, on ne peut que se prendre d’affection pour elle.
La mère de Mori demeure par contre une présence malveillante qui plane comme une ombre sur la vie de sa fille, parfois discrète, d’autres fois pesante et inquiétante. Elle lui envoie des photos sur lesquelles elle lui a brûlé le visage. Est-elle réellement une sorcière comme sa fille le prétend ou juste une mère abusive complètement folle dont sa famille n’a pas su la protéger ? On se pose beaucoup de questions sur ce qui est arrivé aux jumelles et j’ai beaucoup aimé que les réponses ne viennent que petit à petit.
C’est une belle lecture, jamais trop glauque, le fantastique est subtil la plupart du temps et je me suis un peu retrouvée dans cette adolescente amatrice de SF. J’ai aimé la voir grandir et tenter de se libérer de son passé.
Le seul point négatif se trouve pour moi dans les derniers chapitres qui m’ont semblé abominaffreusement niais par moment. Je n’aime pas du tout le personnage de Wim dont le seul intérêt est selon moi la forme de faux palindrome de son prénom… (Je sais, j’ai un souci avec ça…) Ce qui me gêne principalement avec lui est qu’il casse la dynamique fantastique de l’histoire en s’invitant dans le monde symbolique de Mori, alors que là n’est pas sa place. C’est vraiment dommage, cela a presque réussi à gâcher ma lecture. Néanmoins ce récit m’a tant apporté que je peux bien lui pardonner.
Ce roman ne plaira pas à tout le monde. Il faut avoir envie de s’enterrer vivant avec Morwenna dans son quasi autisme. C’est une fille intelligente, mais vraiment déconnectée, et sa pensée, bien que réfléchie et pragmatique, peut se révéler aussi vive et claire que lourde et hachée. Quant à moi, j’ai trouvé passionnante l’histoire de cette jeune fille et je crois qu’elle séduira sûrement les amateurs de fantastique, de merveilleux, les bibliovores de tous poils, surtout ceux qui sont férus de SFFF, les gens prêts à croire et ceux qui aiment les personnages très développés.
En chaque grand lecteur, il y a forcément un peu de Morwenna. Ce roman a mérité sa place dans mon carnet nuit, réservé aux ouvrages les plus marquants dans ma vie de lectrice.

Je vous invite également à consulter les avis de Lune et Méli.

Read Full Post »

Un roman de Jeanne-A Debats publié chez ActuSF.

*

heritiere

Présentation de l’éditeur :
Je m’appelle Agnès Cleyre et je suis orpheline. De ma mère sorcière, j’ai hérité du don de voir les fantômes. Plutôt une malédiction qui m’a obligée à vivre recluse, à l’abri de la violence des sentiments des morts. Mais depuis le jour où mon oncle notaire m’a prise sous son aile, ma vie a changé. Contrairement aux apparences, le quotidien de l’étude qu’il dirige n’est pas de tout repos : vampires, loups-garous, sirènes… À croire que tout l’AlterMonde a une succession à gérer ! Moi qui voulais de l’action, je ne suis pas déçue… Et le beau Navarre n’y est peut-être pas étranger.

Romancière, nouvelliste et anthologiste, Jeanne-A Debats a convoqué les figures les plus flamboyantes du fantastique pour une romance douce-amère dans la Ville Lumière. Plume reconnue de l’imaginaire français, sa novella La Vieille Anglaise et le continent a été lauréate du Grand Prix de l’imaginaire, des prix Julia Verlanger et Rosny aîné.

Enfin un peu d’originalité en urban fantasy ! Vous en avez marre des bombasses bipolaires qui pourchassent des gros méchants criminels surnaturels en ayant pourtant toujours peur de se casser un ongle ? Alors lisez L’Héritière !
Dans ce roman, pas d’héroïne flic ou détective. Notre narratrice est Agnès, jeune femme banale en apparence mais néanmoins fille de sorcière. Son père étant humain, Agnès n’a pas hérité des talents de sa mère, cependant elle possède tout de même un don bien encombrant. Elle est médium, mais ne contrôle pas son pouvoir. Toute émotion résiduelle peut créer un fantôme et elle les voit tous : les angoisses des gens, les morts qui s’attardent, etc. Sa vie est un cauchemar et elle se tient recluse, jusqu’à ce qu’un événement tragique la sorte de sa retraite.
Malgré son pouvoir, Agnès est un personnage un peu plus proche de la lectrice lambda que les femmes que l’on croise d’habitude en urban et cela la rend vite attachante. Ceci dit, tous les personnages de ce récit le sont, même les plus tordus ont leur charme. Ils sont originaux, mystérieux, ont une histoire personnelle intéressante et évoluent dans un monde tout aussi bien construit. L’idée de situer l’intrigue autour d’une étude notariale est vraiment bien trouvée. Plutôt que de toujours chasser les surnaturels rebelles, on s’intéresse pour une fois aux stratagèmes qu’ils ont imaginés pour vivre parmi les humains sans se faire repérer depuis des siècles. J’ai apprécié la façon dont Jeanne-A Debats envisage le fonctionnement des cénacles de vampires et des meutes de loups ainsi que la façon dont ceux-ci s’inscrivent dans notre histoire. Son univers est basé sur une bonne connaissance du folklore, mais avec sa touche personnelle qui, bien entendu, donne à réfléchir tout en étant ludique. J’ai hâte de lire d’autres histoires de la même trempe reprenant ces personnages.
L’Héritière peut se lire indépendamment, mais s’inscrit dans une toile que l’auteur va développer dans d’autres ouvrages et qu’elle nomme Testaments. On a déjà pu voir par-ci par-là certains personnages dans des nouvelles et l’un d’eux, Navarre, est aussi le narrateur d’un roman paru chez Ad Astra : Métaphysique du vampire. On peut lire L’Héritière sans connaître le personnage, mais Navarre fait partie de mes vampires préférés tous genres confondus et je ne peux que vous encourager à découvrir l’excellent roman qui lui est consacré.
L’Héritière est une pépite dans un genre dont les parutions se ressemblent malheureusement de plus en plus. Ce récit est drôle, agréable à lire et l’auteur y fracasse allègrement les clichés. Il y a quelques passages un peu longuets, parce qu’Agnès, toute sympathique et humaine qu’elle soit, se montre aussi parfois un peu gourde, ce qui se ressent doublement puisqu’elle est la narratrice de cette histoire. Toutefois, ce n’est qu’un inconvénient mineur et l’ensemble, très réussi, m’a offert une excellente lecture.

Read Full Post »

Un roman de Philippe Pratx, publié aux éditions L’Harmattan.

*

le soir lilith

Présentation de l’éditeur :
23 novembre 1924, Lilith Hevesi, star du cinéma muet, est retrouvée morte dans le château où elle s’est retirée dans la campagne hongroise. Quarante ans plus tard, le narrateur tente de dépoussiérer son passé, ses recherches sont perturbées par une femme qui éveille rapidement ses soupçons… Lilith est un fantôme qui arpente les différentes strates du temps dans des mondes aux frontières incertaines dont on ne cesse de gratter la pellicule inflammable.

Quelle difficulté il y aurait à vouloir expliquer simplement Le Soir, Lilith… Ce roman est celui d’une femme, dont l’énigmatique présence, le charisme et la personnalité trouble transcendent le temps, influencent les êtres. La langue est maîtrisée, imagée et précise à la fois, mais l’intrigue elle-même demeure indéfinissable, un vrai dédale où le propos oscille entre délire inspiré, voire enfiévré, et lyrisme emphatique. Souvent, cette écriture pourrait s’apparenter à de la poésie en prose. Ce fut une fascinante découverte, à plus d’un titre. L’histoire, le personnage principal, l’insaisissable Lilith, et le style sont indéniablement assortis.
L’ambiance est diffuse, elle a la consistance de la brume et tire sur le fantastique, pour le plus grand bonheur de l’amatrice du genre que je suis. L’auteur nous offre une intrigue prenante, mais quelque peu contemplative. Troublante, enrobée de mysticisme, pleine de secrets et de non-dits, elle peut engendrer autant le malaise que l’intérêt le plus profond et l’envie frénétique de tourner les pages. Ici l’histoire est éparse, elle se construit par touches, se délite parfois, elle demande au lecteur de s’immerger en elle.
Je suis toujours ravie de lire un roman qui ne soit pas bêtement chronologique ou linéaire, mais j’ai pu remarquer que cela perturbe un grand nombre de lecteurs. J’aimerais vraiment que l’on ne s’arrête pas à cela. Le Soir, Lilith est un roman exigeant, une histoire à tiroirs qui demande patience, goût du mystère, curiosité et investissement. L’auteur perd son lecteur, le rattrape au vol, sans cesse. Si celui-ci accepte de ne pas tout saisir, d’avancer à l’écoute de ses sensations, mais un bandeau sur les yeux, alors il pourra apprécier à sa juste valeur ce récit troublant qui s’apparente à un vieux film en noir et blanc. Parfois l’image saute, il se peut qu’elle soit détériorée par le temps et un peu floue, mais c’est elle qui raconte l’histoire, pas les quelques cartons qui de temps en temps la soulignent de si peu de mots, il vous faudra être attentifs, cependant vous aurez vos réponses.
Le personnage de Lilith, actrice des années vingt disparue dans de mystérieuses circonstances est vraiment fascinant. Dans le sens premier du mot qui allie charme et répulsion. Le terme de répulsion peut sembler un peu fort dans son cas, mais il est certain que Lilith est dérangeante. Fragile et vénéneuse à la fois, elle personnifie la femme sauvage, hors limites. Quand Eve — celle qu’elle incarne sous son nom de scène — est la face lumineuse, mais entravée, de sa personne, la vraie Lilith, complète et tellement plus vivante est la sauvagerie faite femme, littéralement possédée par elle-même et non par des rôles.
Le narrateur nous entraîne à sa suite, quarante ans plus tôt, de sa vie de jeune fille en Hongrie à ses débuts artistiques, des fastes du cinéma à sa réclusion dans les Carpates. Le cinéma lui-même, art si neuf et expressif, si prometteur tant il était alors un champ immense de possibilités, fait partie intégrante de l’histoire, apporte sa substance à l’ambiance et son élégance d’alors au récit. J’ai particulièrement apprécié les récits des films de Lilith qui contrastent par leur fantasmagorie avec l’essence purement fantastique (c’est-à-dire brillamment maintenue entre deux mondes) du récit de la « vraie » vie de l’actrice. Mais l’essence du roman reste Lilith.
Lilith et Eve, les deux femmes d’Adam, la première libre et insoumise, égale de son époux, la deuxième dépendante, née de lui, assujettie, ont toutes deux eu une influence sur Lilith Hevesi. Car celle-ci, selon son journal, ses lettres et les souvenirs du narrateur semble s’être perdue, mais aspirer à redevenir elle-même. Seulement sait-on (sait-elle ?) qui elle est ? Et que lui est-il arrivé d’ailleurs ? Si sa vie semble déjà mystérieuse, les circonstances de sa disparition le sont encore plus.
J’ai pris plaisir à ramasser les morceaux épars de ce puzzle et à tenter de reformer le tableau, alors que j’errais dans les méandres de la vie de Lilith, que je la voyais engendrer ses chimères… Le roman est délicieusement lent, évanescent comme l’est Lilith, tout en circonvolutions, tissé pêle-mêle des notes du narrateur qui fut un proche de Lilith et tente d’en écrire la biographie, de notes éparpillées, correspondance, divers journaux intimes, résumés des films de Lilith… Cela renforce l’aspect de puzzle, c’est une enquête à mener, des fils à débrouiller.
Ce récit merveilleusement construit, entre le fantastique et le roman noir, distille le doute en permanence. La femme, le démon, tous les mythes qu’on y rattache prennent vie ici. Lilith aux multiples visages est un personnage si complexe qu’on est presque tenté de croire à son existence.
Et la question revient sans cesse, dans les moments les plus épurés comme les plus malsains, qui est Lilith ? Et pourquoi, comment, les gens qui ont gravité autour de cette femme en sont restés à ce point obsédés ?
Pour trouver votre réponse, il vous faudra lire le roman.

Si celui-ci vous intrigue, ce qui j’espère est le cas, je vous invite à visiter le site qui lui est consacré.

Read Full Post »

Tome 2 de la trilogie Fille d’Hécate, écrit par Cécile Guillot et publié aux éditions du Chat Noir.

Mon avis sur le tome 1, La voie de la sorcière, est par-là.

*

Le parfum du mal. Fille d'Hécate T2

*

« Il parait que je suis devenue une femme et une sorcière accomplie… pourtant j’ai besoin plus que jamais qu’Hécate guide mes pas. Me voilà au service de la police, à tenter d’élucider des meurtres grâce à mes pouvoirs naissants. Ajoutez à cela ma recherche de boulot et mon ex qui refait surface… Voilà de quoi être déboussolée ! »

Ce deuxième tome de la trilogie Fille d’Hécate commence exactement où le précédent se terminait. Maëlys et Dorine doivent se rendre sur une scène de crime à la demande de leur amie Patricia. Cette dernière met ses dons de voyance au service de la police et le commissaire Martin, contrairement à ses collègues, pense que les sorcières peuvent l’aider dans son enquête. Le don d’empathie de Maëlys et les connaissances en sorcellerie de Dorine sont d’ailleurs mis aussitôt à contribution car les meurtres sont liés à un rituel. On entre donc très vite dans le vif du sujet.
J’avoue avoir eu un peu de mal au début à dégripper ma mémoire, surtout en ce qui concerne les personnages secondaires. Ces derniers ne m’avaient laissé qu’un souvenir flou, contrairement à Maëlys qui était vraiment au centre du précédent tome et avait donc plus de consistance.
En plus de l’enquête, nous suivons toujours son parcours personnel de sorcière et de femme. Elle décroche un remplacement dans un service psychiatrique qui s’occupe d’adolescents, elle essaie d’aller de l’avant dans sa vie sentimentale et cherche toujours sa mère. Il est plaisant de la voir grandir. Si notre narratrice a pris de l’assurance dans La voie de la sorcière, elle a encore des progrès à faire en ce qui concerne la confiance et l’affirmation de soi, sans compter ce qu’elle doit apprendre sur sa nature de sorcière. Elle me semblait quand même plus mâture qu’elle ne l’est dans Le parfum du mal. Cela a sans doute contribué à rendre mon avis assez mitigé concernant ce tome.
Le cheminement spirituel de Maëlys est amené avec intelligence et délicatesse, mais le reste de l’histoire se révèle un peu décevant. Les défauts du premier tome sont toujours là, à savoir que l’intrigue est un peu expéditive et la façon dont elle évolue ainsi que les réactions des personnages manquent aussi de naturel parfois. C’est un récit qui se laisse lire, mais n’est pas vraiment prenant.
C’est dommage, mais il faut dire que le roman en lui-même est court et les chapitres assez brefs. Ce n’est pas un reproche en soi, au contraire même, mais j’aurais préféré une histoire plus développée.
Je pense en fait que ce qui m’a le plus gênée est le manichéisme qui se dégage de ce roman, le bien et le mal sont parfaitement définis, les méchants d’un côté, les gentils de l’autre et tout cela est évident dès le départ… J’ai vraiment du mal avec ça.
Je lirai le troisième volume car j’espère une histoire plus aboutie pour clore la trilogie. Le parfum du mal ayant surtout fait office de transition dans la vie de Maëlys.

A noter qu’il y a, à la fin de cet ouvrage, un carnet de croquis représentants les personnages. Il est réalisé par Anna Marine et c’est un bonus plutôt sympa.
Cécile Guillot prend aussi la peine de signaler quelques livres intéressants au lecteur qui voudrait en apprendre plus sur Lughnasad, les croyances païennes et les notions abordées dans ce roman. Or, il se trouve qu’il y en a un dans la liste que j’apprécie particulièrement et que j’aimerais vous recommander aussi : La Déesse sauvage de Joëlle de Gravelaine. C’est un ouvrage très riche et vraiment passionnant.

Read Full Post »

Un roman de fantasy contemporaine et urbaine de Diana Pharaoh Francis, publié chez Panini books, collection Crimson.
Pour ce que j’en sais, il s’agit d’une tétralogie et elle est terminée en V.O.

*

Le cercle des sorcières T1 - Alliance nocturne de Diana Pharaoh Francis

*

Parfois, on choisit ses batailles. Parfois, ce sont elles qui nous choisissent… Autrefois, Max rêvait d’une carrière, d’un foyer, d’une famille aimante. Maintenant, tout ce qu’elle veut, c’est la liberté… et la vengeance. Une sorcière nommée Giselle a changé Max en guerrière d’une force, d’une rapidité et d’une endurance extraordinaires. Prisonnière de sortilèges Max n’a d’autre choix que de se battre, devenir l’arme personnelle de Giselle, et elle est mortellement douée pour ça. Max va devoir choisir entre la vie dont elle rêve encore et la guerrière qu’elle est devenue. Et prendre sa place du côté du Bien, si elle survit assez longtemps pour savoir de quel côté il s’agit…

À bien des égards, ce premier volume du Cercle des sorcières fut une bonne surprise. C’est une histoire distrayante car ne comptant que peu de temps morts. L’intrigue est plaisante et la mythologie que l’auteur a créée, ainsi que celle qu’elle a empruntée, forment un ensemble homogène, cohérent et plutôt riche. C’est une lecture parfaite pour l’été.
Il m’a été un peu difficile d’entrer dans l’histoire au début, justement à cause de la complexité de la mythologie, mais c’est elle qui s’est révélée être la part la plus originale et intéressante de ce récit sur le long terme. Dans Le Cercle des sorcières, coexistent toutes sortes de créatures magiques, mais elles sont réparties en deux groupes bien distincts pour ce que nous en dit l’auteur : les Divins et les Prodiges. Les premiers, semble-t-il, sont plus puissants que les seconds.
Giselle est une Divine, elle est, comme toute puissante sorcière, maîtresse d’un sanctuaire et a à son service des Lames d’ombres et des Lances solaires. Ces guerriers magiques, humains transformés en Prodiges et liés à leur sorcière par des sortilèges de contrainte, ont des particularités. Si leur sorcière leur offre des pouvoirs dignes de super-héros, les Lames d’ombre sont sensibles à la lumière du soleil, même quand elle est réfléchie par la lune. Elle les brûle jusqu’à les faire fondre ou les embraser. Alors que les Lances solaires, quant à elles, sont littéralement empoisonnées par l’obscurité. C’est un concept qui m’a bien plu, comme la hiérarchisation des races mythiques.
Bien que plaisante en règle générale, la mythologie se révèle quand même un rien faiblarde par moment. Je suis un peu psychorigide sur certains points, voir une Cailleach qualifiée d’ondine, même si elle reste une dame d’hiver avec des particularités rappelant fortement sa légende d’origine me fiche les nerfs en pelotes. Ce sont les aléas de l’adaptation, ça plaît ou ça ne plaît pas selon les gens. Cependant, comme l’ensemble est cohérent je veux bien passer outre pour une histoire qui change un peu de ce qu’on lit habituellement. Et, indubitablement, c’est le cas de ce roman.
Max, qui en est le personnage central, est la Lame d’ombre Prime de Giselle, c’est-à-dire qu’elle commande toutes les autres. Si le roman est entièrement écrit à la troisième personne, il est néanmoins focalisé sur elle la plupart du temps. Les rares chapitres qui ne le sont pas sont centrés sur Alexander, personnage que je vous laisserai découvrir par vous-mêmes.
Max est une Lame et elle est douée pour ça, elle semble d’ailleurs être un enjeu bien spécifique pour sa sorcière, mais nous n’en apprenons que très peu à ce sujet dans ce premier volume. Ce qu’il faut retenir, c’est la rancœur de notre héroïne contre la femme qui l’a arrachée, contre son gré, à son ancienne vie. Mais Max va se retrouver embringuée dans une histoire qui va la forcer à mettre de côté ses envies de vengeance.
Le vrai gros bémol de cette histoire est que notre Max, aussi sympathique qu’elle puisse être par certains aspects de son caractère, est une héroïne extrêmement stéréotypée. C’est une Mary Sue de base, surpuissante et increvable, plus encore que n’importe quelle Lame, et on ne sait pas vraiment pourquoi. Mais, surtout, comme toute Mary Sue elle est vénérée, adulée, par ses alliés comme par certains de ses ennemis, elle remporte toujours l’adhésion de tout le monde et ça c’est vraiment lassant. Il faut passer outre car à côté de ça l’histoire est plaisante et sincèrement j’ai vu pire dans le genre héroïne parfaite et insupportable, mais c’est une chose à savoir, si vous n’aimez pas Max, vous êtes mal barrés.
Quant à moi, je lirai la suite car la série est courte (une tétralogie c’est inespéré en ces temps où l’on privilégie les séries-fleuves), c’est une bonne lecture détente et l’intrigue qui se profile me semble prometteuse. Ceci dit, je pense qu’on peut tout à fait se satisfaire de la lecture du premier tome comme un one-shot.

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »