Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘anthologie’

Une anthologie publiée chez Realities Inc, en papier et en numérique.

*

*

Sommaire :

– La septième idole, par Sylvain Lamur
– Terminus Turnus, par Ludovic Klein
– Autodafé, par Marie-Lucie Bougon
– Cadenas d’amour, par Bruno Pochesci
– Le sourire du barbare, par Sébastien Parisot
– La louve pourpre, par Julien Morgan
– Jeux dangereux au bord du monde, par Sylvain Bousquet
– Mirradh, par Manuel Le gourrierec
– Le sang et l’acier, par Xavier Portebois
– Une fois le papier enflammé, par Marianne Escher

*

Réalités est une anthologie comme on les aime : des textes variés et inventifs qui permettent de découvrir des auteurs et d’explorer divers univers de SFFF sans s’ennuyer un seul instant.
Dans ces dix nouvelles on croise entre autres des robots, des ados livrés à eux-mêmes dans un monde apocalyptique, des mythes en lambeaux, des extraterrestres et des dragons. On explore des sociétés dystopiques, d’autres planètes et même une utopie… Drôles, tragiques, intenses ou surprenants, tous ces textes tirent à leur manière leur épingle du jeu. Je vais vous parler de mes préférés.
Dans La septième idole, des robots cherchent un sens à leur existence en se créant une religion. C’est bien vu. Un contexte savamment construit ainsi qu’une réflexion intéressante sous-tendent ce texte à la fois drôle et intelligent.
Autodafé, probablement ma préférée, est une nouvelle bourrée de références littéraires et superbement écrite. Très visuelle, elle nous permet d’observer les personnages aussi bien que la danse macabre des brûleurs de livres. Du début à la fin, je n’ai pu lâcher ce texte.
Cadenas d’amour est un récit à l’humour grinçant particulièrement divertissant. Seule la fin m’a un peu déçue, mais les circonvolutions de l’intrigue et le rythme enlevé m’ont beaucoup plu.
Plus initiatique, Jeux dangereux au bord du monde, a éveillé mon intérêt par l’originalité de l’univers dépeint. Des adolescents et enfants cherchent à survivre dans un monde que le néant ronge chaque jour un peu plus. Ils ont des préoccupations d’adultes mêlées à d’autres plus de leur âge. Mais comment s’affirmer et trouver sa place quand l’avenir est illusoire, ne dépendant que d’une éternelle fuite en avant ?
Dans Le sang et l’acier, j’ai retrouvé avec plaisir l’écriture de Xavier Portebois dont les textes possèdent toujours plusieurs niveaux de lectures et sont très subtils. Cette fois, se mêlent les caractéristiques du polar avec une réflexion sur l’humanité et le vivant. Est-ce la conscience ou la chair qui font de nous des êtres sensibles ? Ce texte parle de compassion, de différences, mais aussi de peurs et du rejet de l’altérité.
Pour finir, Une fois le papier enflammé m’a plu pour son aspect social et psychologique. Par petites touches, se dessine un monde surpeuplé, à tendance dystopique, dont le réalisme a de quoi faire grimacer.
Cette anthologie originale et pleine de surprises m’a offert d’excellentes lectures. Je vous encourage à parcourir à votre tour les dédales de toutes ces réalités.

Publicités

Read Full Post »

Une anthologie publiée chez Realities Inc, en numérique et à tout petit prix.

 

quantpunk

Présentation de l’éditeur :

Qu’est-ce que le Quantpunk ? C’est la question à laquelle les douze auteurs de ce recueil ont eu à répondre, dans une tentative de créer un nouveau genre, dérivé du cyberpunk et du steampunk, faisant appel aux découvertes de la physique quantique et des technologies qui en découlent, sans oublier la philosophie propre au mouvement punk.
Le résultat ? Onze textes plutôt disparates, preuve s’il en faut que l’exercice n’a rien d’évident. Le « Quantpunk », tout comme la mécanique quantique, résiste à la compréhension. Vouloir le définir, c’est laisser s’effondrer une foule de possibilités pour n’en conserver qu’une. Le regard de l’auteur influe sur son univers, et c’est particulièrement flagrant dans les textes qui constituent ce recueil.
Le Quantpunk est-il science-fiction, fantasy ou fantastique ?
Il est tout cela à la fois.
Est-il facétieux ou sérieux ?
Tout cela à la fois.
Jusqu’à ce que vous ayez tranché.

Sommaire :
– L’Homme au cerveaunivers d’Anthony Boulanger
– Le chat, les punks et la photocopieuse quantique de Lucie Pierrat-Pajot
– Cas de conscience de Sylvain Boïdo
– No past, no future, no Proust de Manon Bousquet
– Guanyin du sutra électrique de Jérôme Cigut
– Le chat ne s’est pas échappé de la boîte, il n’y a jamais été de Guillaume Parodi
– Mémoires mortes de Xavier Portebois
– Le prince est mort, vive le prince de Tesha Garisaki
– L’homme fractal de Fabien Clavel
– Conflux de Mathieu Rivero
– Transition d’André Woodcock & Thierry Fernandez

*

Toi aussi découvre le quantpunk, ce qu’il est et n’est pas, ce qu’il pourrait être… Le concept en lui-même m’a intéressée car il promettait originalité et diversité ; des IA et des chats (forcément), des punks et des mondes parallèles déployant l’éventail des possibles, des problématiques humaines, voire humanistes, des réalités qui s’épanchent, se mêlent, se contaminent et des récits allant du désenchantement du cyberpunk à l’incertitude migraineuse du fantastique. Qui ne serait pas tenté ?!
Je me suis très vite prise au jeu. Le premier texte, L’Homme au cerveaunivers, nous plonge tout de suite dans le bain. On y découvre un monde où les capacités psychiques des humains ont évolué. Classique, me dira-t-on, mais non, pas tant que ça. J’ai beaucoup aimé le background ainsi que le personnage et ai regretté la brièveté du récit.
Le deuxième texte est très drôle. Rien que le titre – Le chat, les punks et la photocopieuse quantique – est tout un programme. La fin, par contre, m’a semblé très abrupte.
Cas de conscience de Sylvain Boïdo est plus sombre et désenchanté. D’une certaine façon, il m’a rappelé la situation politique actuelle. On anticipe la fin, mais cela participe à l’envie de tourner les pages toujours plus vite. Je parlais avec ma liseuse, mais bizarrement les personnages ont refusé de m’écouter…
No past, no future, no Proust est une nouvelle plus légère qui m’a tout de suite séduite. Il faut dire qu’à partir du moment où on a une bibliothécaire psychorigide et un certain type de créature (faut lire, je ne vais pas tout dévoiler !) je suis conquise.
Guanyin du sutra électrique est un récit complexe qui mêle science-fiction, mythologie et philosophie, avec une narration puzzle comme je les aime. Je ne suis pas sûre d’en avoir intégré toutes les subtilités et il mériterait sans doute une seconde lecture. C’est néanmoins un très bon texte.
Le chat ne s’est pas échappé de la boîte, il n’y a jamais été se situe entre le fantastique et l’anticipation. Je n’ai pas été touchée autant que je l’aurais dû par les déboires du personnage, peut-être parce que le point de bascule était trop franc, trop tranché, et la fin pas très crédible. J’ai cependant apprécié le contexte qui donne à réfléchir.
La nouvelle suivante nous entraîne dans un univers virtuel, ou pas. La problématique de Mémoires mortes est particulièrement intéressante. Qu’est-ce qui fait notre conscience ? Est-elle copiable, numérisable ?
Dans Le prince est mort, vive le prince, le protagoniste explore des univers parallèles en quête de vengeance. J’ai apprécié l’aspect psychologique du récit, la façon dont l’auteur nous démontre l’importance des détails et dont elle analyse les nuances de la personnalité de ses personnages ainsi que la construction de celle-ci.
Avec L’homme fractal, Fabien Clavel prouve une fois de plus – s’il en était besoin – son talent de bâtisseur. Il n’écrit pas, il construit. Je suis toujours admirative de la qualité stylistique qu’il met entièrement au service de ses intrigues. Les deux s’équilibrent parfaitement. Et, bien sûr, j’ai beaucoup aimé cette nouvelle.
Conflux de Mathieu Rivero est un rien convenu, mais demeure un très bon texte malgré tout. J’ai déploré les coquilles (qui sont plus nombreuses dans cette nouvelle-ci), mais apprécié le propos.
Enfin Transition, le dernier texte, est celui qui m’a le moins plu. J’ai aimé les références, cependant je ne suis pas fan des scènes de combat à rallonge. Je n’en voyais plus la fin.
J’ai été conquise par cette anthologie décalée qui dépoussière les codes et métisse les genres. On est plus du côté cyber de la Force que du côté steam, mais ce n’est pas un mal car cela va à contresens de la mode actuelle. La grande variété des thèmes et des styles est indubitablement son point fort. C’est un ouvrage à découvrir absolument.

*

Màj : On me dit dans l’oreillette que les coquilles que j’ai mentionnées ont été corrigées.

*

sfff-diversite

Cette lecture compte pour le challenge SFFF et diversité dans la catégorie suivante :
– Lire un livre dans lequel une IA ou des robots ont un rôle prépondérant.

Read Full Post »

Une anthologie des Éditions Luciférines.

Existe en numérique à un tout petit prix.

*

maisons-hantees

Présentation de l’éditeur :
Qu’elles soient perdues au milieu des bois, héritées d’un grand oncle ou cachées dans la brume, les maisons hantées sont des motifs familiers de l’horreur. Depuis Le Château d’Otrante de Walpole et l’apparition du roman noir anglais au XVIIIe siècle jusqu’au slasher moderne, il est devenu impossible de passer à côté de ces lieux maudits où la réalité se distord.

En hommage à l’intarissable production littéraire et cinématographique qui se plaît à abandonner ses personnages entre des murs de plus en plus étroits, dix-sept auteurs ont proposé leurs huis-clos les plus angoissants. De hautes tours gothiques, un appartement d’étudiant, un motel d’où on ne revient pas… chaque nouvelle présente un édifice dans lequel il serait imprudent de s’aventurer très longtemps. Spectres, démons, souvenirs d’un autre temps et monstres cannibales ont un sens de l’accueil particulier… Alors, comme le disait si bien Dante : Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance…

Des textes inquiétants, violents, insolents, qui n’hésitent pas à s’amuser de nos peurs les plus profondes.

Sommaire :

  • Jeux d’enfants, Floriane Soulas
  • Motel K, Yann Isoardi
  • Annabelle, Jean-Charles Flamion
  • Le murmure des pierres, Chris Vilhelm
  • Préservons l’éternelle fontaine, Raphaël Boudin
  • Amphytryon, Quentin Foureau
  • 65 de la rue Bouscarrat, Jérémy Bouquin
  • Kolka, V.F.F. Pouget
  • 145 rue Lafayette, Antoine Techenet
  • Classifié, Emmanuel Delporte
  • Métafiction, Mahaut Davenel
  • Dans le placard, Hélène Duc
  • Cambrousse Punk, Mickaël Feugray
  • Iravel, Vincent Tassy
  • Les Murs de Blackat, Nicolas Saintier
  • La Vénus aux épines, David Mons
  • Dehors il neige, Bruno Pochesci

*

La maison hantée a posé ses fondations dans notre imaginaire collectif il y a longtemps et de nombreux auteurs nous ont entraînés dans de sombres corridors, à pas lents ou courses effrénées sur le parquet grinçant, emprisonnant nos peurs les plus instinctives dans ces lieux cauchemardesques. C’est quelque chose que l’on connaît, mais dont on ne se lasse pas.
La maison hantée, aux murs suintants de souvenirs plus ou moins effroyables, nous renvoie les images de nos propres peurs domestiques. Elle est un classique de l’horreur car elle détourne le symbole bienveillant du refuge, que tous nous cherchons à un moment ou un autre de notre vie, pour en faire une prison. Ce constat seul augmente l’angoisse et la pression pesant sur le cœur du lecteur.
Évidemment, avec un tel sujet, on craint le déjà vu. Je vous rassure tout de suite, les textes qui composent cette anthologie, s’ils sont basés sur des motifs connus, n’en sont pas moins imaginatifs et font preuve d’une belle diversité de genres et d’approches. Pour preuve de la variété des récits, on a même du post-apo. Qui plus est, l’anthologiste a su les répartir avec intelligence. La peur va crescendo, mais connaît des moments de latence.
La lecture n’a cessé de me surprendre, tout en me mettant très mal à l’aise. Maisons hantées est un excellent ouvrage. Bien entendu, j’ai été plus sensible à certains textes que d’autres, mais ils sont égaux en qualité. Les auteurs n’ont pas choisi la facilité et je les en félicite. Lire cette anthologie est une bonne occasion de découvrir de nouvelles plumes.
On nous emmène du fantastique à l’horreur, de l’angoissant au gore. Il y a quelques textes vraiment crades mais, pour tous ceux qui comme moi ne sont pas friands d’hémoglobine, sachez que si j’en suis sortie sans aggraver mes insomnies, vous le pouvez également.
L’ouvrage s’ouvre sur Jeux d’enfants, une histoire classique, avec toutefois une petite originalité qui m’a séduite. La narration puzzle fait monter le suspense et l’angoisse même si on anticipe les événements. C’était un très bon texte pour se mettre dans l’ambiance.
À partir de là, l’effroi jouera au yoyo avec votre estomac, vous laissant juste le répit nécessaire pour que vous acceptiez de prolonger votre plongée dans les abysses. Et c’est bien pire quand on devine ce qui va advenir… J’ai été traumatisée par Dans le placard, je me suis perdue dans les méandres d’Iravel et du 145 rue Lafayette, Parfois, j’ai fui aussi prestement que ma vitesse de lecture le permettait, mais je suis tombée de Charybde en Scylla.
J’ai beaucoup apprécié l’angle d’attaque de Raphaël Boudin dans sa nouvelle Préservons l’éternelle fontaine. De même, j’ai trouvé La Vénus aux épines de David Mons particulièrement glauque et originale.
Je ne vais pas évoquer tous les textes dans le détail, même si d’autres m’ont marquée. Il est toujours assez difficile de parler de nouvelles sans trop en dévoiler. Mais j’espère avoir aiguisé votre curiosité.
Fantômes vengeurs ou esprits mélancoliques, maisons maudites ou gloutonnes, obsessions, menaces qui planent dans les murs ou présences malveillantes… Que la nouvelle soit cynique et sans espoir, affreusement clinique ou ignominieuse, vous tournerez les pages avec fascination.
Je suis contente d’avoir attendu la période d’Halloween pour lire cette anthologie. C’est un ouvrage à découvrir.

*

JLNND-Je-lis-des-nouvelles-et-des-novellas

Read Full Post »

antiquidees

 

Présentation de l’éditeur :

Après Histoires d’aulx, U-chroniques, Riposte Apo, Total Chaos, Rétro-fictions et Star Ouest, l’association imaJn’ère vous propose une nouvelle anthologie thématique !

Réalisée à l’occasion du sixième salon ImaJn’ère, le salon de la Science-Fiction et du Policier d’Angers où de plus en de plus d’auteurs de l’imaginaire francophone se réunissent chaque année, l’anthologie Antiqu’idées explore tous les aspects bien connus de l’Antiquité, par le biais de la science-fiction, de la fantasy, du fantastique et d’une pointe de polar.

Que pouvons-nous trouver comme idées neuves en refouillant l’Antiquité ? Revisiter un passé déjà connu, imaginer un futur plus rose ou tout simplement plonger dans l’Histoire antique pour le plaisir des yeux et des sens, voilà le programme d’Antiqu’idées. Quinze auteurs ont imaginé des histoires originales mettant en scène des éléments ou des personnages antiques, pour bousculer nos connaissances et rappeler que l’Histoire peut être vue autrement, voire même revécue.

De la Guerre de Troie à la Cimmérie, en passant par l’Égypte, Carthage et les confins bien connus de notre héritage gréco-latin, ces quinze nouvelles s’attachent à nous conter gaiement notre besoin de combat épique, de voyage au lointain et de quête de nos racines.

Sommaire :

  • La Maison des Vignes d’Estelle Faye
  • Rivages d’Eva Simonin
  • Deux fois vainqueur traverser l’Achéron de Fabien Clavel
  • Le Rêve du pont Milvius d’Olivier Boile
  • Ponce, Pilate, ponce ! de Justin Hurle
  • Le Tombeau de Calypso de Brice Tarvel
  • Chez Lucius, Dieux, Lares et Génies de Myrtille Bastard
  • Âheli ou la mémoire enfuie d’Isa3elle Arnoult
  • Quid Novi Medice de Jean-Hugues Villacampa
  • Carthage ! d’Arnaud Cuidet
  • Boadicée de Pierre-Marie Soncarrieu
  • Discorde de Patrice Verry
  • Une Histoire Tauride de Romuald Herbreteau
  • L’Immortel et l’Assassin de Jérôme Verschueren
  • Faisabilité et intérêt zootechniques de la métamorphose de masse de Lionel Davoust

Antiqu’idées, l’anthologie officielle du Festival ImaJn’ère 2016, pique d’emblée la curiosité. Le thème, certes souvent exploité dans les genres de l’imaginaire, ne manque cependant guère de potentiel. Je craignais un peu une surreprésentation de l’antiquité gréco-latine dans ces nouvelles, mais ai été agréablement surprise par la variété des textes.
Qui plus est, on trouve au sommaire autant d’auteurs connus dans le milieu SFFF que de petits nouveaux. Il est toujours plaisant de découvrir de nouvelles plumes, mais aussi de voir comment des auteurs qu’on apprécie exploitent un thème donné.
Comme pour toute anthologie, il est assez difficile d’évoquer les textes sans trop en dire. En outre, ils couvrent un grand éventail de lieux et de genres, j’ai donc décidé de les présenter dans l’ordre de publication.

L’anthologie s’ouvre sur La Maison des vignes d’Estelle Faye. Une nouvelle Fantastique dans la plus pure tradition du genre. L’auteur a choisi d’effleurer les Mystères dionysiaques, thème cher à mon cœur, et est parvenue à créer une ambiance très plaisante. Le soleil, le vin, des éblouissements qui altèrent la raison… J’ai néanmoins trouvé l’intrigue un peu convenue. Cependant, il s’agit d’un très bon texte.

Ensuite vient Rivages d’Eva Simonin, un texte agréable, mais à la chute prévisible. Le fond mythique n’y est pas assez exploité à mon goût. Il y avait matière à le rendre moins anecdotique.

Deux fois vainqueur traverser l’Achéron de Fabien Clavel est indubitablement mon texte préféré.
Eurydice nous y chante ses presque retrouvailles avec Orphée. L’auteur a une parfaite connaissance du mythe et a su en exploiter le moindre détail avec intelligence et finesse, tout en peuplant les zones d’ombre de nouveaux fantômes (ou d’autres créatures moins ragoûtantes). Cette lecture entre les lignes est originale et en même temps très respectueuse. J’ai, de même, beaucoup apprécié la référence à Nerval.

Le rêve du pont Milvius est également un très bon texte. Il mériterait largement d’être développé sous forme romanesque. Dans ce monde, l’islam s’est imposée à la place du christianisme et un écrivain moderne se demande ce qui se serait produit si cela n’avait pas été le cas. Cette mise en abyme uchronique, rappelant un peu Le Maître du Haut Château de K. Dick, est très intéressante.

Ponce, Pilate, ponce ! de Justin Hurle nous fait changer de registre. Les plaies d’Égypte y ont une origine pour le moins loufoque. Ce texte amusant et déjanté me rappelle quelque chose sans que je sache dire exactement quoi. Il est néanmoins original et apporte un peu de légèreté à cette anthologie, tout en changeant de décor. Néanmoins, ce type d’humour ne séduira pas tout le monde.

Je pense être passée totalement à côté du texte suivant… Je ne saurais pas dire pourquoi, mais je n’ai pas du tout accroché au récit de Brice Tarvel, Le Tombeau de Calypso. C’est pourtant du Fantastique, mon genre préféré. Un Ulysse déboussolé y échoue sur une île d’Ogygie bien loin de ses standards…

Chez Lucius, Dieux, Lares et Génies de Myrtille Bastard démarrait plutôt bien. L’idée de base ne manquait pas de piquant : toi aussi chez toi crée une divinité qui exaucera tes vœux puisque les autres ne le font pas ! Info ou intox ? Le narrateur, stéréotypé à souhait, était idéal pour ce genre de récit. Cette nouvelle avait du potentiel. Malheureusement, celui-ci n’est que peu exploité, tout comme le filigrane uchronique qu’on entrevoit à peine. La fin m’a semblé décevante, peut-être un peu lisse pour la cynique que je suis.

Âheli ou la mémoire enfuie est un récit plus doux. Cette vision de l’Atlantide et de sa fin n’est pas très originale, il me semble avoir lu mille fois une interprétation de ce type, mais celle-ci se révèle néanmoins efficace et élégante dans sa simplicité. En tout cas, j’en ai apprécié la lecture.

Quid Novi Medice nous emmène au temps de la guerre des Gaules (référence obligatoire à deux célèbres Gaulois) et explore à sa façon le thème très couru des super-héros.

Carthage ! d’Arnaud Cuidet fait partie des textes qui m’ont le plus marquée. Cela est d’autant plus étonnant que je ne suis pas férue de scènes de combat. Toutefois, le mélange entre science-fiction, histoire et références littéraires (un des rares textes de Flaubert qui me parle vraiment) m’a beaucoup plu. J’ai de surcroît trouvé le style de l’auteur très poétique et agréable à lire.

Boadicée, comme son titre l’indique, nous emmène sur les traces de la célèbre reine guerrière, mais quel destin choisirait-elle s’il lui était donné d’entrevoir son futur ? L’auteur y fait montre d’un sens de la mise en scène plutôt intéressant.

Discorde mêle SF et mythologie grecque de façon relativement amusante. On y rencontre trois donzelles qui cherchent un gugusse pour les départager et un berger d’origine princière, si ça vous parle… Cette réécriture était plutôt sympathique, j’ai beaucoup apprécié le début mais ai été une nouvelle fois déçue par la fin.

Une Histoire Tauride est l’une des nouvelles que j’ai le plus appréciées. Un scientifique endetté s’embarque dans un chantier de fouilles archéologiques qui se révèle particulièrement atypique. Quand l’Histoire se réécrit d’elle-même (ou presque, merci les incidents nucléaires) pour intégrer de la fiction (cimmérienne, mes amis !) et que des chats patriotes s’en mêlent, moi je dis que ça vaut le détour ! J’en aurais bien lu quelques pages de plus.

Un contrebandier, une chèvre et un chevalier sont dans une barque… Ça commence comme une blague et on n’est pas loin du compte. L’Immortel et l’Assassin est un texte récréatif, qui joue sans vergogne sur le mélange des genres et des références très marquées à une obscure saga interstellaire et ses sabres lasers… De quoi passer un bon moment.

Je connaissais déjà Faisabilité et intérêt zootechniques de la métamorphose de masse et je l’ai relu avec plaisir. Ce texte, rédigé comme une étude des plus sérieuses, est à la fois drôle et intelligent. On nous y propose de régler le problème de la surpopulation et du manque de ressources nourricières grâce à un épisode de l’Odyssée. Sous couvert d’humour et de métaphore, il aborde des problèmes réels, des points de morale et d’éthique, et offre une réflexion intéressante.

Dans l’ensemble, je garde une assez bonne impression de cette anthologie qui respecte le pari de nous faire voyager dans le passé et propose un panel de textes très éclectique. Certains m’ont peu marquée, il est vrai, mais se détachent du lot de vrais petits bijoux qui satisferont les lecteurs les plus exigeants et resteront dans les mémoires.

Read Full Post »

Une anthologie dirigée par Julien Morgan et Isabelle Wenta, publiée chez Voy’el uniquement en numérique.

*

a_voile_et_a_vapeur

Présentation de l’éditeur :
De la science-fiction à la fantasy en passant par le fantastique, dix auteurs proposent leur vision d’un avenir du passé. Dans ce rétro-futur haut en couleurs, la vapeur et la voile cohabitent, le chevalier d’Éon use de charmes inattendus, des automates interrogent le tic tac de leur cœur mécanique et des élixirs permettent de changer de sexe à volonté. Embarquez à bord de la Vagabonde ou du Quatorze Sacs à Malice, destination la Russie, l’Afrique coloniale, Paris ou Londres, et partagez avec ces personnages les tourments et les plaisirs d’une vie à voile et à vapeur riche en aventures de tous genres – et sans distinction de genre…

Sommaire :
– Préface : Le Steampunk, ce puissant projecteur sur notre époque, Arthur Morgan
– Louise Geneviève de Beaumont de Tonnerre, Anthony Boulanger
– Dans les bras d’Orion, Céline Etcheberry
– Les mécanismes de l’errance, Alex Barlow
– Poupée de chiffons, Sophie Fischer
– Ceci n’est pas une histoire de tortue, Tesha Garisaki
– Une histoire d’éléphants, Isaac Orengo
– Du vent dans les voiles, Jean-Basile Boutak
– Histoire naturelle, Angou Levant
– Le pudding bavarois, Jarod Felten
– Suivez cette cathédrale !, Gareth Owens

Comme le titre le laisse deviner, il s’agit d’une anthologie Steampunk LGBT. Néanmoins, la prépondérance de l’un ou de l’autre peut varier selon le récit. Parfois le Steampunk n’est qu’un décor, d’autres fois c’est l’orientation sexuelle du ou des personnages qui n’est qu’un détail de l’histoire. De fait, les nouvelles sont assez diverses.
Fait rare avec les anthologies (les styles variés sont un atout, mais on ne peut pas toujours accrocher à chacun) : tous les textes ont été agréables à lire, même si tous ne font pas dans l’originalité et que j’en ai appréciés certains plus que d’autres.

Louise Geneviève de Beaumont de Tonnerre est un des textes que j’ai le plus appréciés pour son ambiance et son humour. Anthony Boulanger a choisi de mettre en scène un personnage connu, ce qui se révèle une très bonne idée. En outre, j’ai un faible pour les histoires d’espionnage. Je ne reprocherai qu’une chose à celle-ci : la fin arrive un peu trop brusquement et m’a fait l’effet d’un soufflé qui retombe.

Dans les bras d’Orion est un beau texte, très bien écrit, empreint de poésie et de nostalgie. Cependant, en ce qui concerne l’intrigue, c’est moins ma tasse de thé. De cette nouvelle je me rappellerai surtout le décor que l’auteur a su peindre de manière à le rendre très réel.
J’ai lu, il y a quelques temps, une autre nouvelle de Céline Etcheberry : 1888, et son style m’a marquée. C’est un auteur à découvrir.

En lisant Les mécanismes de l’errance, je dois admettre m’être plus intéressée au décor qu’au cœur du propos. Alex Barlow nous embarque à bord de La Vagabonde, un vaisseau stellaire. Un membre d’équipage y conte une histoire, que j’ai trouvée assez convenue. Cependant j’ai aimé Lincoln et j’aurais bien voulu en savoir plus sur elle, son vaisseau et son équipage.

Poupée de chiffons fait partie des nouvelles qui m’ont le moins marquée, même si ça reste une jolie histoire. Ce n’est tout simplement pas mon genre, trop de sentimentalisme à mon goût.

Ceci n’est pas une histoire de tortue est une de mes nouvelles préférées. Elle offre une vraie réflexion sur le genre et sur l’identité sexuelle. Le propos est intéressant, mais j’ai aussi beaucoup apprécié la façon dont il est mis en scène.

Une histoire d’éléphants est sans doute le texte qui m’a le plus déçue et ce probablement parce que j’en attendais autre chose. L’histoire démarrait bien et le décor piquait ma curiosité, mais on me promettait un mystère et au final il n’y en avait pas.

Du vent dans les voiles est l’un de mes textes favoris. Je l’ai trouvé très subtil dans sa façon de traiter de la norme (et de la normalité, ce qui n’est pas la même chose), de l’hypocrisie et de la notion d’accomplissement personnel.

Histoire naturelle marque surtout par son originalité. L’auteur ménage longtemps sa surprise, je ne vais pas la gâcher. Je regrette simplement de ne pas avoir su le fin mot de la naissance de l’aura et de ses conséquences.

Le pudding bavarois est pour moi l’un des meilleurs textes de cette anthologie. Totalement épistolaire, il demande au lecteur de réellement s’impliquer. Le récit se construit avec délicatesse et pudeur autour d’ellipses et allusions diverses. Il tient au lecteur de percevoir les changements d’attitude des personnages et l’évolution de leur relation rien qu’en décryptant leur correspondance.
J’ai vraiment beaucoup aimé cette nouvelle qui, en outre, n’est pas seulement sentimentale mais propose une vraie intrigue secondaire. La conclusion de cette dernière, avec la réelle nature d’Edwina, est toutefois laissée à l’interprétation du lecteur, ce qui n’est pas forcément un mal.

Suivez cette cathédrale ! clôt l’anthologie avec dynamisme. Ce texte est bourré d’action et très plaisant à lire, mais il apparaît comme le simple épisode d’une histoire qui aurait dû être développée davantage. C’est mon seul regret. De surcroît, j’aimais bien Pixie, le personnage principal, et il y a assez peu de femmes dans cette anthologie pour accentuer mon regret.

J’ai été très agréablement surprise par la variété des nouvelles présentes dans À voile et à vapeur et par l’étendue des thèmes traités. Je craignais surtout les clichés et finalement il y en a très peu. Il est toujours difficile de parler d’une anthologie sans trop décrire les textes pour ne pas gâcher la lecture, mais je vous recommande celle-ci car on y aborde des thèmes sérieux en n’oubliant pas d’être distrayant.

*

Carton plein pour les challenges !

CRAAA

JLNND-Je-lis-des-nouvelles-et-des-novellas

challenge ebooks

Read Full Post »

Parce que je ne me lasse pas de lire des nouvelles et que le diminutif de ce challenge ressemble à un cri de corneille (ce que je trouve trop kiffant), je me suis inscrite au Challenge Recueils and Anthologies Addict de La Prophétie des Ânes.

Il se déroulera du 15 juillet 2015 au 15 juillet 2016 et j’ai choisi le palier Âne éclairé, soit 12 lectures.

Le CRAAA fonctionne sur un système de points, chaque lecture en rapporte 10, parvenir au palier que l’on s’est fixé en rapporte 20 et, pour faire bouger un peu la PAL, on fournit une liste de départ à Cornwall qui tire au sort un nombre de livres (la moitié du nombre défini par le palier choisi, soit six dans mon cas) qui rapporteront des points bonus.

Pour ce tirage, j’ai été plutôt chanceuse :

– Dimension Moscou
– Folie(s)
– De la corne de Kirin aux ailes de Fenghuang
– Black Mambo, Vanessa Terral, Sophie Dabat et Morgane Caussarieu
– Le maître de Rampling gate et autres nouvelles
– Ghost stories

Autrement dit : des livres récemment acquis que j’ai très envie de lire et d’autres qui traînent depuis un peu trop longtemps dans la PAL. Il faut dire que j’avais un peu laissé de côté les anthologies dernièrement… Mais c’est reparti, vive le CRAAA !!!

*

CRAAA

Read Full Post »

Une anthologie de saison (oui quand je l’ai lue c’était encore la saison, vous n’allez pas chipoter !) publiée chez Walrus et uniquement disponible au format numérique.

*

La boîte de Schrödinger - spéciale Halloween

Halloween est de retour !

Comme chaque année, monstres, vampires, goules, fantômes et momies vont venir perturber votre nuit du 31 octobre. Attention aux mauvais sorts ! Pour vous mettre dans l’ambiance, Walrus vous propose une « Boîte de Schrödinger » spéciale Halloween. Au programme, des fantômes amoureux, des rencontres impromptues, des souvenirs perdus, des cimetières habités et… de la soupe à la citrouille. Aux manettes de cet épisode de mi-saison un peu spécial, une ribambelle d’auteurs prêts à vous faire frissonner : Jacques Fuentealba, Anthony Boulanger, Benoit Giuseppin, Vanessa Terral, Laurent Riatto et avec la participation exceptionnelle et gracieuse de George Sand, spécialement revenue d’entre les morts le temps d’une nuit de terreurs délicieuses.

De quoi faire hurler de frayeur les enfants comme les plus grands, et passer une nuit d’Halloween riche en émotions !

Cette petite anthologie est, comme son titre l’indique, composée de nouvelles s’articulant autour du thème d’Halloween. C’est vraiment une lecture sympa pour la saison. Les textes sont variés, offrant au lecteur diverses ambiances. On passe ainsi de textes sombres, à faire frissonner, ou de récits plus glauques qui mettent mal à l’aise, à des histoires plus légères, jouant d’un humour assez noir, mais toujours savoureux. C’est tout ce dont on pourrait rêver (ou cauchemarder) pour Halloween.
C’est une nouvelle de Jacques Fuentealba qui ouvre l’anthologie. Elle nous permet, grâce à un début assez lent, très évocateur de ces mois de novembre enveloppés de brouillard, de nous glisser lentement dans l’ambiance avant de nous emmener beaucoup plus loin qu’on l’aurait imaginé.
Ce récit fantastique oscille entre réel et imaginaire d’une façon très subtile. Il ramènera le lecteur averti vers l’univers habituel de l’auteur, mais pourra tout autant plaire à celui qui ne le connaît pas.
J’ai beaucoup apprécié ce texte.
Ensuite, Anthony Boulanger nous offre de très courtes nouvelles à chute, distillant l’effroi ou l’humour selon l’envie. On se laisse facilement piéger et, si j’en ai préféré certaines, je les ai toutes lues avec plaisir.
La ronde des morts de Benoît Giuseppin m’a vraiment plu. Ce texte court, un rien grinçant, est parfaitement dans l’esprit de la saison et j’ai beaucoup aimé la chute.
Si j’ai également apprécié la nouvelle de Vanessa Terral, je trouve tout de même que c’est la plus glauque du recueil, bien que pas du tout horrifique, contrairement à celles de certains de ses petits camarades. Cette nouvelle est par contre très originale car elle nous parle de la fête des morts mexicaine ce qui, en soi, est vraiment un excellent choix, d’autant que l’auteur a bien développé ce thème.
L’esprit de l’eau de Laurent Riatto est un texte plus classique, un tantinet mélancolique, qui aurait manqué à cette anthologie s’il ne s’y était pas trouvé. Il explore à sa façon un thème récurrent des histoires de fantômes et c’est un agréable moment de lecture. Il commence dans la légèreté, mais ce sera à vous de voir s’il continue sur sa lancée ou pas.
Enfin le texte George Sand clôt cette excellente anthologie. Vous connaissez peut-être déjà ce « récit d’un récit » très typique de son époque et qui est surtout appréciable pour son ambiance de fantastique un peu suranné.
La boîte de Schrödinger spéciale Halloween est une bonne lecture automnale, pour se faire un peu peur, se rappeler que notre imagination n’a que les limites que nous lui imposons, pour rire de nos fantômes en s’amusant à les craindre, tout en avivant un peu cette part de nous qui a envie de croire, même si c’est un jeu.

*

logo3

Read Full Post »

Older Posts »