Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘défis’

Mercredi 21 octobre était un jour historique : nous avons rejoint le futur, qui est maintenant le passé, même que ça fait bizarre, franchement… Le futur, c’est plus ce que c’était ! (Vous suivez ou bien ? Ok, j’arrête…)

C’était aussi la fin du Challenge Retour vers le futur organisé par Lune et je vous invite à aller visiter son blog pour lire le bilan global.
Pour la liste de toutes les chroniques, c’est par-là.

J’ai pour ma part atteint mon objectif de huit chroniques, à savoir quatre romans (dont un coup de cœur, encore merci Lune), une novella (excellente !), un film, une BD et une série.
J’avais plein d’autres lectures potentielles dans la PAL, mais j’ai manqué de temps (et moi je n’ai pas de loco, donc ce sera pour plus tard). Ceci dit, je suis quand même fière (j’ai écrit la dernière chronique sur le fil).

Voici ma petite liste :

La Captive du temps perdu de Vernor Vinge (roman) – excellent
Le Voyage de Simon Morley de Jack Finney (roman) ♥
L’étrange affaire de Spring Heeled Jack, Burton & Swinburne T1 de Mark Hodder (roman)
The Amazing Mr Blunden de Lionel Jeffries (film)
Légion de Brandon Sanderson (novella) – excellente
Balade au bout du monde, intégrale 1 de Makyo et Vicomte (BD)
Outlander de Ronald D. Moore (série télé)
Rédemption de Bérengère Rousseau (roman)

À bientôt dans le futur ou le passé !

*

RVLFC

Read Full Post »

Ce challenge est organisé par Vampires et Sorcières et comme le titre l’indique il nous invite à lire des BD, des comics, des mangas, mais aussi des livres illustrés.
Il a commencé le 1er septembre (oui, je suis en retard) et se terminera le 31 décembre 2015. On peut encore s’inscrire.

Chaque lecture rapporte des points, avec un bonus quand les ouvrages abordent certains thèmes et il y a des goodies à gagner.
Toutes les modalités et les lots sont sur la page du challenge.

Venez buller avec nous !

challenge-bulles-vignettes

Read Full Post »

C’est mon défi perso pour cette nouvelle année. Ne comptez pas sur moi pour me faire ch*** à faire un logo, photoshop m’exaspère particulièrement en ce moment. Enfin bref…
Donc, reprenons… Je dis toujours que Chani a une déplorable influence sur moi et c’est on ne peut plus vrai. C’est pourquoi cette année je vais tenter de lire 6 romances ou histoires de zombies ! (Pas de mélange des deux, faut pas déconner quand même hein…)
Vous pensez que ce n’est pas un challenge digne de ce nom ? Vous ne me connaissez pas…
Quoique, les zombies ça peut encore aller…
Re-enfin bref.

Je vais survivre, je peux le faire !

Read Full Post »

En hiver j’aime lire de la fantasy.
Et s’il y a dans ce genre quelque chose que j’apprécie particulièrement, c’est bien la « Mythic Fiction » ou la « Hard fantasy » comme la nommait Léa Silhol (par analogie avec la Hard SF). Appelez ça comme vous voulez tant qu’on est d’accord sur le fait qu’elle est inspirée de contes ou de mythes.
Vous vous doutez bien que ce challenge, lancé par Lhisbei ne pouvait donc que m’enthousiasmer.

Elle le présente ainsi :
Nous allons nous pencher sur la Mythic Fiction ou Mythic Fantasy, une fantasy proche du merveilleux, des contes (qu’elle les réécrive ou qu’elle en invente) ou qui brode sur les mythes ou le folklore.

Le challenge va se dérouler du 21 décembre au 21 mars. Les chroniques devront bien entendu porter sur des livres, mais pourront aussi concerner d’autres supports.

C’est parti pour un hiver nourrit de mythes et légendes !

challenge WMF

Le logo du challenge est tiré de Midsummer Eve d’Edward Robert Hughes

Read Full Post »

Ou comment participer à un challenge qui m’enthousiasme du début à la fin.

C’est par ici que ça se passe.

J’ai choisi le niveau intermédiaire de « Joyeuse lectrice »:

Niveau « Joyeux lecteur/Joyeuse lectrice » ou encore « Je lis des nouvelles et des novellas et j’aime ça » : lire et chroniquer 12 nouvelles ou recueils ou novellas.

Mais je vois loin, avec un peu de motivation et si le temps ne file pas trop vite, comme on peut changer de niveau en cours de route, j’arriverai peut-être au très ambitieux palier suivant qui demande 24 recueils, anthologies ou novellas. Tout un programme !

Je suis une grande lectrice de nouvelles, de recueils, d’anthologies, de novellas, donc ça ne devrait pas être très difficile, n’est-ce pas ?
Moui, le problème en fait ce n’est pas de les lire, mais de les chroniques et c’est en cela que résidera tout le challenge. C’est un format très difficile à commenter, surtout pour l’anthologie. Mais ça me forcera à le faire et c’est une bonne chose car j’espère que ça vous donnera envie de lire certains de ces ouvrages à côté desquels on passe trop souvent. Et puis c’est aussi un bon moyen de découvrir certains auteurs.

Souhaitez-moi donc bonne chance, le challenge démarre aujourd’hui et finira le 11/12/13 !

logo3

Livres lus :

For I Have Sinned de Darynda Jones (nouvelle).
Gilles a suivi Jeanne de Valérie Simon (nouvelle).
Sanshôdô : la voie des trois vérités de Jean Millemann (recueil de nouvelles).
Nous finirons bien par en venir à bout… de Laurent Queyssi (nouvelle)
Le Rêve du Prunellier de Rozenn Illiano (recueil de nouvelles)
L’assassinat de la maison du peuple de Sylvie Denis (novella)
La Suriedad d’Estelle Faye (nouvelle)
Fin(s) du monde, 20 récits pour en finir avec l’Apocalypse des Artistes Fous (anthologie)
Sang d’ocre de Lydie Blaizot (novella)
Villa Giudita et autres nouvelles de José Wolfer (recueil de nouvelles)
Le livre qui rend dingue de Frédéric Mars (novella)
Vampire Blues, Ladainian Abernaker ep1 de Lydie Blaizot (nouvelle)
La plage du Xenos et Éclipse partielle de Graham Joyce (nouvelles)
A Bloody Melody de Maëlig Duval (nouvelle)
L’après-dieux de Maëlig Duval (novella)
Ainsi commence la nuit de Vanessa Terral (recueil)
À n’importe quel prix de Claire et Robert Belmas (nouvelle)
Chronique de la vallée de Jacques Boireau (nouvelle)
Dedans, dehors de Sylvie Denis (nouvelle)
Clamatlice de Vanessa Terral (mini recueil de nouvelles)
Au service des insectes de Cindy Van Wilder (nouvelle)
L’héritage et autres nouvelles de Megan Lindholm / Robin Hobb (recueil de nouvelles)
Sales bêtes ! Animaux étranges et délires zoomorphiques des Artistes Fous (anthologie)
L’ombre du maître espion, Le Baron Noir T1 d’Olivier Gechter (novella)
La boîte de Schrödinger – spéciale Halloween (anthologie)
Nouvelles en vrac : Voler (de ses propres ailes) de Cécile Duquenne, La clé de l’eau d’Agnès Evans, Carpe Sesamum d’Esteban Bogasi.
Nouvelles en vrac (2) : 1888 de Céline Etcheberry, En Adon je puise mes forces de Dominique Lémuri, Hérésie minérale de Stéphane Desienne, Anastasis d’Aude Cenga.
Nouvelles en vrac (3) : Beef de Joey Burger, Trois coups contre ma porte de Michael Roch, Louie de Lou Wagram, Cosmic Karma de Jérémy Semet.

Read Full Post »

De J.R. Ward.
Publié chez Milady.

*

Notez le soin apporté à la couverture, la nana de l’image est blonde alors que l’héroïne du roman est brune… Je crois que ça veut tout dire.

*

Résumé de l’éditeur :
Une guerre fait rage à l’insu des humains. Six vampires protègent leur espèce contre la Société des éradiqueurs. Ces guerriers sont regroupés au sein de la mystérieuse Confrérie de la dague noire. A sa tête, Kolher, leader charismatique et implacable… L’un de ses plus fidèles guerriers est assassiné, laissant derrière lui sa fille, une magnifique jeune femme, une sang-mêlé qui ignore tout de son destin. Et c’est à Kolher qu’il incombe de faire découvrir à Beth le monde mystérieux qui sera désormais le sien…

Avant-propos (à lire si vous vous inquiétez de ma santé mentale, sinon passez directement à mon avis sur le livre) :
A toutes les personnes qui pensent que j’ai lu ce livre parce que j’ai perdu un pari, je répondrai : il y a de ça.
Sur le forum de vampires et sorcières il y a un jeu qui consiste à mettre un extrait de roman et a asticoter les autres jusqu’à ce qu’ils trouvent le titre qui correspond. Et moi, en bonne emmerdeuse, je leur ai sorti un vieux roman de fantasy des années 70 en leur disant que si quelqu’un l’avait lu, je lirai de la romance paranormale.
Bon, je ne prenais pas vraiment de risque avec ce roman, d’ailleurs personne ne l’avait lu, mais Chani, dont tout le monde connaît la perfidie, a décidé de le lire exprès pour me provoquer ! (C’est cruel, hein ? Dites-le que c’est cruel !!!)
Il en allait de mon honneur de lectrice, j’étais obligée de tenir ma promesse… (Même si nous pouvons nous accorder pour dire combien cette manipulation était retorse.) Un vote a donc été organisé par les membres du forum et le résultat a été en faveur du premier volume de La confrérie de la dague noire, série que l’on m’a décrite comme étant « la meilleure de la liste ».
Je me suis donc lancée courageusement dans ce marasme gluant qu’est la romance paranormale.
Au final, sincèrement, je ne veux même pas envisager une seconde quelles daubes devaient être les autres bouquins de la liste…

S’il y a des fans de la confrérie qui passent par ici (par hasard, j’imagine), ne lisez pas mon avis. Je respecte tout à fait vos goûts en matière de lecture, mais ça ne m’empêchera en rien de dire tout le mal que je pense de ce fichu roman.

Mon avis :

Avec quelques spoilers (comme si on ne savait pas d’avance comment ça va finir).

Je ne sais même pas par quoi commencer tellement j’ai trouvé cette lecture ennuyeuse. D’habitude, la romance paranormale me fait surtout beaucoup rire, principalement parce que je la trouve navrante de bêtise, mais là… J’en resterais presque sans voix et prête à subir un lavage de cerveau pour 1 : oublier ce bouquin, 2 : désapprendre à lire pour ne jamais plus avoir à me farcir un truc pareil.
Mais qu’est-ce que c’est que cette daube ???
Bon l’auteur a bien travaillé sur les origines de son peuple de vampires, ça je veux bien le lui accorder. Ce n’est pas non plus l’idée du siècle, mais j’ai vu pire. Par contre, j’aimerais attirer votre attention sur quelque chose qui m’a… consternée. Ouais, je crois que c’est le mot…
Il y a des auteurs qui ont inventé des langages pour offrir plus de cachet leurs histoires, langages certes plus ou moins travaillés, mais composés avec une certaine application, quel que soit le degré de complexité qui en a résulté. Il y en a d’autres qui ont utilisé patiemment des langues anciennes pour créer les bases de leurs langues imaginaires… Je n’en demande pas tant, mais bon, un minimum d’efforts est toujours appréciable.
A côté de ça J. R. Ward, elle, met des h dans les mots. Oui, oui, vous avez bien lu. Comme seule influence de l’ancienne langue des vampires sur celle qu’ils ont fini par adopter, on retrouve des h un peu partout. Bon, il y a bien quelques mots de leur langue ancienne par-ci par-là, arrivés d’on ne sait où parce que ça fait classe, mais la plupart du temps on en reste aux h. Après tout, les lecteurs s’en contrefoutent…
Alors ça c’est du boulot J.R. ça a dû te demande beaucoup de recherches et d’imagination…
Parlons du style ensuite, on va garder l’histoire pour la fin, c’est quand même le plus marrant.
La traduction est déplorable (oui ça se sent même quand on n’a pas lu la V.O. parce qu’il y a des phrases qui disent tout le contraire de ce que laisse entendre le contexte).
On a aussi, notamment, un personnage appelé Audasz auquel on fait souvent référence par l’initiale D. On m’a expliqué que c’est parce qu’à l’origine il s’appelle Darius. Là j’ai juste envie de dire à la traductrice de changer de métier si elle n’est pas capable de gérer correctement un petit changement de nom…
Il y a aussi, ce qui est vraiment très agaçant, une absence quasi systématique de négation complète dans les dialogues. Un peu ça va, mais là c’est au-delà du supportable. Ça fait langage parlé ? Ouais, d’accord, mais parfois c’est complètement ridicule :
« Me fais pas confiance. M’aime pas. Je m’en tape. Mais me mens jamais. »

Je ne sais pas si ça vient de l’orignal ou de la traduction, mais franchement ça craint.
Au-delà de ça, Je ne pourrais pas vraiment dire que c’est très mal écrit sinon, c’est juste très quelconque, stylistiquement parlant, et particulièrement vulgaire. Puis, ces vampires ont quand même une façon de s’exprimer qui me fait me demander s’ils tournent à plus de cent mots de vocabulaire. Mais bon, l’élégance de l’écriture et ce genre de romans ont toujours fait deux… Qui plus est, on ne devrait pas attendre de guerriers vampires qu’ils aient un minimum de culture.
Le tout manque de logique aussi, parfois. Comme quand les vampires invoquent Dieu ou usent de jurons religieux alors qu’ils ont leur propre religion. Ils devraient se référer à leur Vierge Scribe. A la rigueur ils auraient pu choper l’habitude en fréquentant des humains, mais ce n’est pas le cas et certaines coutumes humaines leur sont totalement étrangères. (La télé, ma bonne dame, c’est utile pour apprendre des jurons, mais pas pour savoir que les humains se serrent la main quand ils se présentent.)
Enfin, revenons donc à cette vulgarité constante… C’est plutôt étonnant, et soûlant, de voir une bande de gars en cuir (ce qui est également hyper discret quand on déambule la nuit dans les rues faut dire) qui passent leurs temps à se traiter de fils de pute pour faire cool. Les derniers bourrins que j’ai rencontrés n’avaient pas de meilleures manières, mais fallait surtout pas toucher à leur maman…
Des gars très discrets, vous disais-je. Qui font tous 2m12 et 3m de large, nourris depuis le berceau à la créatine, vêtus de cuir et de soie noire, qui sortent la nuit pour tuer de l’éradiqueur (oui, éradicateur ça sonnait bien trop « mot sorti tout droit du dictionnaire », fallait innover) et personne ne les remarque jamais… C’est utile de pouvoir effacer les souvenirs des gens. La soie noire c’est quand même l’idéal pour se bastonner, faudrait pas s’en priver…
Bon, reprenons, les gentils vampires qui ne demandent rien à personne, même pas du sang car ils se nourrissent les uns des autres (ça aussi ça n’est pas très logique, mais passons) sont pourchassés par les méchants éradiqueurs (sérieux, j’ai vraiment du mal avec ce mot). Ces derniers sont morts et privés de leur âme, histoire qu’on comprenne bien qu’ils sont vraiment très méchants et pas nets. Ils sont au service d’un vilain monsieur qui est jaloux du pouvoir de sa sœur, la maman (peut-être avec un h) des gentils vampires.
Et pour défendre tous ces gentils vampires innocents contre une soixantaine de méchants sans âmes qui sont remplacés dès qu’on les tue on a quoi ? Cinq gars en cuir et chemises en soie, avec des shuriken et des dagues.
Hmmmmouais.
J.R. tu me donnes la migraine…
Evidemment les gars en cuir ont trop de problèmes et sont quasiment tous des mal-aimés. C’est pratique quand on veut écrire une série de RP, on va tous les caser et leur offrir la rédemption au fil des volumes et pour montrer l’exemple on va commencer par leur chef, le roi pleurnichard qui n’assume pas ses fonctions. Mais ça n’est pas sa faute, bien entendu, c’est juste qu’il a peur de mal faire…
Ces personnages sont à pleurer de rire tellement ils sont archétypaux.
D’abord, il y a Kolher, 2m12, quasiment aveugle, revêche, mais c’est parce qu’il a bobo à son petit cœur. Le mec torturé de base, avec un passé douloureusement tragique, et sans doute le plus bourrin de la bande (quoique le flic n’est pas non plus en reste dans le genre…)
Au départ il ne veut pas de Beth, mais son honneur va le pousser à s’occuper de la pauvre petite qui, sans la pureté de son sang, ne pourrait sans doute pas survivre à sa transition. (Les vampires ne se transforment qu’à l’âge de 25 ans et ont pour cela besoin du sang d’un autre vampire de sexe opposé. Idée qui n’est pas mauvaise en soi.)
Kolher n’est pas capable de distinguer les traits de Beth, mais il voit une goutte de jus de fraise couler sur son menton… Ben voyons…
Il a un putain de caractère, il déteste les humains, mais va devenir tout gentil et les adorer du jour au lendemain juste pour les beaux yeux de sa chérie (sa femelle, devrais-je dire. Oui, comme les animaux, des mâles et des femelles, c’est perturbant au départ, mais bon…). Et il va regretter d’un coup toutes ces années passées à maltraiter son ex… C’est beau l’amour, ça vous change une vie de merde en un claquement de doigts.
Puis on a Beth, l’orpheline censément futée (on verra plus tard que c’est du flan). C’est une bombasse, bien évidemment, mais solitaire et frigide (à défaut d’être vierge comme c’est tellement souvent le cas dans les RP. Mais bon, pour la vierge de service, on a l’ex de Kolher).
Cette chère Beth se transforme d’un coup en poupée salope (précommandez la vôtre pour noël, les stocks sont limités) et commence à se frotter à un inconnu en répétant, en mode disque rayé, « touche-moi », « caresse-moi ». Et ce, mes bons amis, juste parce qu’il sent le cul.
J’exagère ? Que nenni… Ces vampires ont un odorat très important et ils passent leur temps à se renifler. Bon, pourquoi pas, me direz-vous… Mais ça donne lieu à tout un tas de « sentir son odeur suffisait à le faire bander » Enfin, un rien le fait bander ce brave Kolher, la voix de Beth, son aura, son souvenir même, alors on n’est pas à ça près…
Il passerait son temps le nez entre ses cuisses… Mais ne veut bien entendu pas admettre qu’il est totalement shooté à elle… Vous savez comment ça va finir, mais l’auteur a décidé de vous rallonger indéfiniment la sauce… On utilise la traditionnelle technique du chat et de la souris, puis du quiproquo qui permet de remplir une trentaine de pages avant de s’évanouir tout d’un coup et de finir en orgie de sexe. Ils ne se sont pas expliqués, mais ça n’est pas grave… Le quiproquo, outil béni des auteurs de romance, revient toujours en force !
Et c’est ennuyeux, tellement ennuyeux de les voir se tourner autour… Surtout qu’ils sont aussi antipathiques et pitoyables l’un que l’autre.
Les personnages secondaires, même s’il y en a de plus sympathiques que d’autres, n’apportent pas grand-chose à cette histoire qui est surtout très hypocrite. On veut nous faire croire qu’il y a une intrigue secondaire, que l’histoire d’amour (ou de cul) n’est pas l’essentiel du roman, mais en fait c’est juste un peu de poudre aux yeux.
Non, vraiment, je me suis rarement autant ennuyée. J’ai trouvé ce bouquin tellement machiste et mièvre que j’en reste écœurée. Certaines choses dans cette histoire m’ont agacée ou ennuyée, d’autres m’ont heurtée aussi parfois. Je n’arrive pas à comprendre l’engouement que génère cette série..
Je crois que j’ai préféré le premier volume du Cercle des immortels (qui, de mon point de vue, allait pourtant au-delà des limites du ridicule) et même le harlequin lu pour le défi de l’année dernière (c’était bien plus drôle et moins hypocrite), c’est dire…

Comme il faut bien que cette lecture ait une utilité et que je galère pour trouver des auteurs américains pour mon défi, ce roman sera le premier dans la catégorie « auteurs nord-américains vivants ».

Read Full Post »

Étant donné que je me suis bien amusée avec le premier, c’est reparti pour un tour cette année !
Cliquez ici pour connaître les règles du jeu.
Et ici pour voir la liste de liens de tous les billets des participants.

J’ajouterai au fur et à mesure les titres des livres que j’ai choisis et lus pour le défi et les liens vers leurs billets respectifs.

Cette année il y a vingt ouvrages à lire. Tous, à l’exception d’un cas un peu à part, devront être issus des genres de l’imaginaire.

10 livres par des auteurs nord-américains vivants :
La confrérie de la dague noire T1, l’amant ténébreux de J.R. Ward.
Charley Davidson T1, Première tombe sur la droite de Darynda Jones.

5 livres par des auteurs morts :
Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley.
Les âmes croisées de Pierre Bottero.

1 livre d’un auteur français vivant :
Les chasseurs d’âmes de S. A. William.

1 livre d’un auteur anglais vivant :
Mémoires d’un maître faussaire de William Heaney.

1 livre de SF
1 livre de fantasy
1 livre de Barbara Cartland

*

Read Full Post »

Older Posts »