Feeds:
Articles
Commentaires

Vampires de sorcellerie

Un roman de Lia Vilorë, publié par les éditions du Petit Caveau.

Ma chronique du précédent tome n’est pas sur ce blog, cependant je vous invite à la lire sur le site Vampires & Sorcières.

vampires_de_sorcellerie_lia_vilore

Présentation de l’éditeur :

Cet été-là, une série de meurtres est l’œuvre d’un tueur que les médias appelleront avec a propos bien qu’en toute ignorance « Le Vampire ».
Ma partenaire, Lía Fáil, se dédie aussitôt à la tâche d’arrêter ce dangereux Éternel avant que ses crimes n’ameutent les tueurs de vampires. Hélas, elle rechigne d’autant plus à la prudence qu’elle se noie dans un chagrin gardé obstinément secret.
Quand ma dame sur les traces du Vampire disparaît à son tour, moi, Amaël Ailill, je pars aussitôt en quête de réponses. Sans elles, je sais qu’il me sera impossible de la retrouver saine et sauve…

Bien que cela ne soit pas indiqué sur la couverture (c’est mal ! Le lecteur qui achète un livre au hasard n’est pas omniscient), ce roman est la suite de Vampires d’une nuit de printemps. Une suite très attendue pour ma part.
Ma lecture du premier tome date d’il y a environ quatre ans et même si celui-ci m’a beaucoup plu, je craignais d’avoir quelques trous de mémoire. Heureusement, l’auteur rappelle les faits quand il le faut, sans pour autant alourdir le récit par de longues explications, on entre ainsi très vite dans l’histoire. Je déconseille toutefois d’essayer de lire ce deuxième tome sans connaître le premier, vous passeriez à côté de trop de choses, notamment une bonne partie de celles qui font le charme de cette série.
Les personnages de Lia Vilorë gagnent à être connus car ils ont des personnalités hors normes. Dans ce volume, on en apprend davantage sur leur passé individuel, mais aussi celui des convents. La narration est cette fois assumée en grande partie par Amaël, même si Lía Fáil fait quelques incursions. J’aime beaucoup ce personnage qui apparaît parfois comme sorti d’un autre temps (voire d’un roman courtois). Pour autant, Amaël est loin d’être parfait et l’auteur exploite aussi bien ses failles (qu’on a pu découvrir dans le tome précédent) que ses défauts. Il est plaisant de le voir évoluer et tenter de se racheter alors qu’une fois de plus les événements tragiques de son passé viennent le hanter.
Lía Fáil elle-même voit ses démons resurgir. La jeune femme, que l’on perçoit surtout au travers du regard de son protecteur, semble avoir beaucoup mûri. Mais cela ne cache-t-il pas quelque chose ? Et, surtout, est-ce un bien ? Au début du roman, elle n’a qu’une obsession : retrouver le vampire qui agresse des femmes et met leur communauté en danger.
Très vite le suspense croît. Comme son prédécesseur, ce roman ne manque guère d’humour, mais c’est l’intrigue policière qui prime et elle est très bien ficelée. Il ne tient qu’au lecteur de recueillir les indices en même temps qu’Amaël et de tirer ses conclusions. J’apprécie toujours quand l’auteur me laisse la possibilité de participer au jeu de piste.
Entre rebondissements et révélations, on n’a guère le temps de s’ennuyer. Qui plus est, la mythologie vampirique de Lia Vilorë, qui participe en grande partie à l’originalité de cette série, est cette fois au premier plan. Il est très intéressant d’apprendre comment et par qui les convents ont été créés. Je me suis souvenu de la théorie de Max sur l’origine de leurs pouvoirs personnels et ne l’en ai trouvée que plus sensée.
J’attendais vraiment cette suite et n’ai pas été déçue. En fait, j’ai même été très surprise par l’arrivée de certains personnages. Cela augure du meilleur pour l’avenir. Le seul défaut que j’ai trouvé à ce roman est qu’il pèche un peu au niveau du style. De nombreuses coquilles parsèment le texte, or Lia Vilorë m’a habituée à un travail plus soigné. C’est dommage. J’ai cependant beaucoup aimé les références aux contes et légendes ainsi que les épigraphes des chapitres. Cela montre, à mon sens, tout le travail de réflexion qu’il y a derrière ce récit qui, tout vif et divertissant qu’il est, ne manque pas de profondeur.
On sent que l’auteur n’a pas grillé toutes ses cartouches et je suis impatiente de découvrir les prochaines aventures de ses vampires.
L’ouvrage se clôt sur la magnifique nouvelle La Toile de Liadan, que vous avez peut-être déjà lue dans Dames de lune, Fées des brumes aux éditions du Chat noir. Ce superbe texte prend une autre dimension à la lumière du roman, il n’en a que plus de charme et laisse une impression douce-amère qui attise encore l’envie de connaître la suite.

C’est ma marraine, férue de théâtre, qui m’a fait découvrir cette pièce il y a de ça une bonne dizaine d’années, lui conférant ainsi un statut particulier dans mes lectures shakespeariennes. La relire cet été était pour moi un acte symbolique et chargé de nostalgie, une sorte d’hommage dédié à une personne qui me manque beaucoup au quotidien.
L’exemplaire que je possède a été publié par les éditions théâtrales et on y trouve d’abondantes notes sur le texte lui-même, mais également une notice bibliographique conséquente et une analyse de Margaret Jones-Davies, maître de conférences à la Sorbonne. Documents que je n’ai pas relus cette fois-ci mais qui sont très intéressants. La traduction, que l’on doit à Jean-Michel Déprats, est plaisante, fluide et moderne, ce qui est particulièrement bienvenu pour cette pièce-ci.
Cymbeline n’est pas l’une des pièces les plus connues – ni les plus appréciées – du théâtre shakespearien. Certainement plus agréable à voir qu’à lire, elle est en fait un peu trop… « tout ». Cela n’est pas aisé à mettre en mots et le théâtre ne pèche pas quand il se fait le genre de l’excès. Cependant, cette pièce-ci manque de la subtilité à laquelle le dramaturge nous a habitués. Elle est trop lisse, héritière toute rapiécée d’autres textes plus aboutis.
On y trouve un peu tous les thèmes qui font le théâtre shakespearien, entre autres choses : La femme calomniée et qui se travestit en homme, la jalousie exacerbée par un mauvais sujet, une fausse mort et un roi injuste, aveugle à la vilénie de ceux qu’il croit ses plus proches alliés, des personnes disparues qui miraculeusement refont surface et une femme cruelle, prête à tout pour servir ses desseins…
Tandis que je lisais, j’entendais d’autres voix que celles des personnages… La colère d’Hero, les plaintes de Juliette, Le murmure fielleux de Iago dans l’oreille d’Othello… Tous se bousculaient pour me dire : ceci est à moi ! Cela m’a gênée, plus que le côté gentillet de la pièce, que pourtant je craignais plus.
Elle a pour vocation de flatter les puissants et de réjouir leurs cœurs, rien de plus. Cela est un peu trop flagrant à mon goût, même si le texte reste agréable. À défaut de tragédie, Cymbeline fait office de conte, bien qu’exempte d’éléments merveilleux. Probablement un peu décevante, pour qui connaît déjà beaucoup d’œuvres plus travaillées, c’est néanmoins une pièce à lire ou à voir, ne serait-ce que pour le personnage d’Imogène, forte et tenace dans l’adversité.

 

Ophélie - Ernest Hebert

 

En guise de conclusion, je vous offre la chanson éponyme de Loreena McKennit.

 

Antiqu’idées

antiquidees

 

Présentation de l’éditeur :

Après Histoires d’aulx, U-chroniques, Riposte Apo, Total Chaos, Rétro-fictions et Star Ouest, l’association imaJn’ère vous propose une nouvelle anthologie thématique !

Réalisée à l’occasion du sixième salon ImaJn’ère, le salon de la Science-Fiction et du Policier d’Angers où de plus en de plus d’auteurs de l’imaginaire francophone se réunissent chaque année, l’anthologie Antiqu’idées explore tous les aspects bien connus de l’Antiquité, par le biais de la science-fiction, de la fantasy, du fantastique et d’une pointe de polar.

Que pouvons-nous trouver comme idées neuves en refouillant l’Antiquité ? Revisiter un passé déjà connu, imaginer un futur plus rose ou tout simplement plonger dans l’Histoire antique pour le plaisir des yeux et des sens, voilà le programme d’Antiqu’idées. Quinze auteurs ont imaginé des histoires originales mettant en scène des éléments ou des personnages antiques, pour bousculer nos connaissances et rappeler que l’Histoire peut être vue autrement, voire même revécue.

De la Guerre de Troie à la Cimmérie, en passant par l’Égypte, Carthage et les confins bien connus de notre héritage gréco-latin, ces quinze nouvelles s’attachent à nous conter gaiement notre besoin de combat épique, de voyage au lointain et de quête de nos racines.

Sommaire :

  • La Maison des Vignes d’Estelle Faye
  • Rivages d’Eva Simonin
  • Deux fois vainqueur traverser l’Achéron de Fabien Clavel
  • Le Rêve du pont Milvius d’Olivier Boile
  • Ponce, Pilate, ponce ! de Justin Hurle
  • Le Tombeau de Calypso de Brice Tarvel
  • Chez Lucius, Dieux, Lares et Génies de Myrtille Bastard
  • Âheli ou la mémoire enfuie d’Isa3elle Arnoult
  • Quid Novi Medice de Jean-Hugues Villacampa
  • Carthage ! d’Arnaud Cuidet
  • Boadicée de Pierre-Marie Soncarrieu
  • Discorde de Patrice Verry
  • Une Histoire Tauride de Romuald Herbreteau
  • L’Immortel et l’Assassin de Jérôme Verschueren
  • Faisabilité et intérêt zootechniques de la métamorphose de masse de Lionel Davoust

Antiqu’idées, l’anthologie officielle du Festival ImaJn’ère 2016, pique d’emblée la curiosité. Le thème, certes souvent exploité dans les genres de l’imaginaire, ne manque cependant guère de potentiel. Je craignais un peu une surreprésentation de l’antiquité gréco-latine dans ces nouvelles, mais ai été agréablement surprise par la variété des textes.
Qui plus est, on trouve au sommaire autant d’auteurs connus dans le milieu SFFF que de petits nouveaux. Il est toujours plaisant de découvrir de nouvelles plumes, mais aussi de voir comment des auteurs qu’on apprécie exploitent un thème donné.
Comme pour toute anthologie, il est assez difficile d’évoquer les textes sans trop en dire. En outre, ils couvrent un grand éventail de lieux et de genres, j’ai donc décidé de les présenter dans l’ordre de publication.

L’anthologie s’ouvre sur La Maison des vignes d’Estelle Faye. Une nouvelle Fantastique dans la plus pure tradition du genre. L’auteur a choisi d’effleurer les Mystères dionysiaques, thème cher à mon cœur, et est parvenue à créer une ambiance très plaisante. Le soleil, le vin, des éblouissements qui altèrent la raison… J’ai néanmoins trouvé l’intrigue un peu convenue. Cependant, il s’agit d’un très bon texte.

Ensuite vient Rivages d’Eva Simonin, un texte agréable, mais à la chute prévisible. Le fond mythique n’y est pas assez exploité à mon goût. Il y avait matière à le rendre moins anecdotique.

Deux fois vainqueur traverser l’Achéron de Fabien Clavel est indubitablement mon texte préféré.
Eurydice nous y chante ses presque retrouvailles avec Orphée. L’auteur a une parfaite connaissance du mythe et a su en exploiter le moindre détail avec intelligence et finesse, tout en peuplant les zones d’ombre de nouveaux fantômes (ou d’autres créatures moins ragoûtantes). Cette lecture entre les lignes est originale et en même temps très respectueuse. J’ai, de même, beaucoup apprécié la référence à Nerval.

Le rêve du pont Milvius est également un très bon texte. Il mériterait largement d’être développé sous forme romanesque. Dans ce monde, l’islam s’est imposée à la place du christianisme et un écrivain moderne se demande ce qui se serait produit si cela n’avait pas été le cas. Cette mise en abyme uchronique, rappelant un peu Le Maître du Haut Château de K. Dick, est très intéressante.

Ponce, Pilate, ponce ! de Justin Hurle nous fait changer de registre. Les plaies d’Égypte y ont une origine pour le moins loufoque. Ce texte amusant et déjanté me rappelle quelque chose sans que je sache dire exactement quoi. Il est néanmoins original et apporte un peu de légèreté à cette anthologie, tout en changeant de décor. Néanmoins, ce type d’humour ne séduira pas tout le monde.

Je pense être passée totalement à côté du texte suivant… Je ne saurais pas dire pourquoi, mais je n’ai pas du tout accroché au récit de Brice Tarvel, Le Tombeau de Calypso. C’est pourtant du Fantastique, mon genre préféré. Un Ulysse déboussolé y échoue sur une île d’Ogygie bien loin de ses standards…

Chez Lucius, Dieux, Lares et Génies de Myrtille Bastard démarrait plutôt bien. L’idée de base ne manquait pas de piquant : toi aussi chez toi crée une divinité qui exaucera tes vœux puisque les autres ne le font pas ! Info ou intox ? Le narrateur, stéréotypé à souhait, était idéal pour ce genre de récit. Cette nouvelle avait du potentiel. Malheureusement, celui-ci n’est que peu exploité, tout comme le filigrane uchronique qu’on entrevoit à peine. La fin m’a semblé décevante, peut-être un peu lisse pour la cynique que je suis.

Âheli ou la mémoire enfuie est un récit plus doux. Cette vision de l’Atlantide et de sa fin n’est pas très originale, il me semble avoir lu mille fois une interprétation de ce type, mais celle-ci se révèle néanmoins efficace et élégante dans sa simplicité. En tout cas, j’en ai apprécié la lecture.

Quid Novi Medice nous emmène au temps de la guerre des Gaules (référence obligatoire à deux célèbres Gaulois) et explore à sa façon le thème très couru des super-héros.

Carthage ! d’Arnaud Cuidet fait partie des textes qui m’ont le plus marquée. Cela est d’autant plus étonnant que je ne suis pas férue de scènes de combat. Toutefois, le mélange entre science-fiction, histoire et références littéraires (un des rares textes de Flaubert qui me parle vraiment) m’a beaucoup plu. J’ai de surcroît trouvé le style de l’auteur très poétique et agréable à lire.

Boadicée, comme son titre l’indique, nous emmène sur les traces de la célèbre reine guerrière, mais quel destin choisirait-elle s’il lui était donné d’entrevoir son futur ? L’auteur y fait montre d’un sens de la mise en scène plutôt intéressant.

Discorde mêle SF et mythologie grecque de façon relativement amusante. On y rencontre trois donzelles qui cherchent un gugusse pour les départager et un berger d’origine princière, si ça vous parle… Cette réécriture était plutôt sympathique, j’ai beaucoup apprécié le début mais ai été une nouvelle fois déçue par la fin.

Une Histoire Tauride est l’une des nouvelles que j’ai le plus appréciées. Un scientifique endetté s’embarque dans un chantier de fouilles archéologiques qui se révèle particulièrement atypique. Quand l’Histoire se réécrit d’elle-même (ou presque, merci les incidents nucléaires) pour intégrer de la fiction (cimmérienne, mes amis !) et que des chats patriotes s’en mêlent, moi je dis que ça vaut le détour ! J’en aurais bien lu quelques pages de plus.

Un contrebandier, une chèvre et un chevalier sont dans une barque… Ça commence comme une blague et on n’est pas loin du compte. L’Immortel et l’Assassin est un texte récréatif, qui joue sans vergogne sur le mélange des genres et des références très marquées à une obscure saga interstellaire et ses sabres lasers… De quoi passer un bon moment.

Je connaissais déjà Faisabilité et intérêt zootechniques de la métamorphose de masse et je l’ai relu avec plaisir. Ce texte, rédigé comme une étude des plus sérieuses, est à la fois drôle et intelligent. On nous y propose de régler le problème de la surpopulation et du manque de ressources nourricières grâce à un épisode de l’Odyssée. Sous couvert d’humour et de métaphore, il aborde des problèmes réels, des points de morale et d’éthique, et offre une réflexion intéressante.

Dans l’ensemble, je garde une assez bonne impression de cette anthologie qui respecte le pari de nous faire voyager dans le passé et propose un panel de textes très éclectique. Certains m’ont peu marquée, il est vrai, mais se détachent du lot de vrais petits bijoux qui satisferont les lecteurs les plus exigeants et resteront dans les mémoires.

Pour reprendre en douceur après ce long mois d’absence, je me suis dit qu’un petit tag serait l’idéal.
Je l’ai piqué chez Chani.

Auteur dont tu as lu le plus de livres
Je n’ai pas spécialement envie de compter. Ça doit se jouer entre Terry Pratchett, Robin Hobb (merci pour le découpage français…) et Marion Zimmer Bradley (la flopée ténébrane que j’ai lue à l’adolescence, en plus des dames du lac). J’ai volontairement exclu les BD, comics et manga.

“Best” La meilleure des séries
Je me rends compte qu’il y a principalement des one shot parmi mes coups de cœur… Mais j’ai néanmoins trouvé une série magistrale : Le Cycle de Lanmeur de Christian Léourier. Si ça vous dit, j’ai chroniqué les deux premières intégrales : Les Contacteurs (qui est mon préféré) et Les Enfants du Léthé ainsi que deux nouvelles : Le Réveil des hommes blancs et La Source.

“Current” Lecture en cours
Parleur ou les chroniques d’un rêve enclavé d’Ayerdhal et Filer la laine de Brenda Gibson.

“Drink” La boisson qui accompagne tes lectures
Le thé (qui est d’ailleurs ma drogue officielle).

E-book ou livres papier ?
Les deux. Mais mes yeux apprécient de plus en plus le confort de la liseuse.

“Fictif” Un personnage fictif avec lequel tu serais sortie au lycée
J’ai vraiment galéré pour celle-ci. Je lis peu de YA, les personnages adolescents ont tendance à me taper sur les nerfs. Je n’ai trouvé que Ren, le copain de Nana dans le manga éponyme de Aï Yazawa. Il correspond bien à la fille que j’étais dans mes dernières années d’adolescence.

“Glad” Un roman auquel tu es contente d’avoir donné sa chance
Le Rêve du Prunellier de Rozenn Illiano. Ce n’est pas vraiment un roman ni tout à fait un fix up, même si les nouvelles sont liées, toutefois cet ouvrage m’a permis de découvrir l’écriture de Rozenn et j’en suis vraiment très heureuse.

“Hidden” Un roman que tu considères comme un joyau caché
L’après-dieux de Maëlig Duval (bon, c’est une novella en fait).

“Important” Un moment important dans ta vie de lectrice

C’est assez difficile à expliquer et très personnel, donc je n’entrerai pas dans le détail. Cependant, c’est un passage de ma vie qui m’est revenu comme un boomerang bien des années plus tard quand j’ai lu Morwenna de Jo Walton et une scène en particulier.
Pour ceux qui l’ont lu, voici un indice : « à moitié ».

“Juste” Le roman que tu viens juste de finir

Vampires de sorcellerie de Lia Vilorë.

“Kind” Le genre de roman que tu ne liras jamais
Je crois que j’ai lu de tout, même des genres dont je ne suis pas friande comme l’horreur, la romance ou les drames. Et je ne peux pas dire que je ne le referai pas pour des cas particuliers.

“Long” Le roman le plus long que tu aies jamais lu
Je n’en ai pas la moindre foutue idée et je n’ai pas envie de démonter la bibliothèque pour le savoir. Un tome du Trône de fer ? Un Harry Potter ?

“Major” Le roman qui t’a causé le plus gros “book hangover” – tu ne pouvais plus rien lire après ça
Je crois que c’était Trois pépins du fruit des morts de Mélanie Fazi. Je me suis sentie très mal pendant longtemps à cause de cette lecture, j’en garde un très mauvais souvenir.

Nombre de bibliothèques que tu possèdes
14

“One” Un roman que tu as lu plusieurs fois
La Dernière Licorne de Peter S. Beagle. Il faisait partie du corpus que j’avais choisi pour mon mémoire.

“Préféré” Ton endroit préféré pour lire
Dans un fauteuil près de la cheminée.

“Quote” Une citation d’un livre que tu as lu, qui t’inspire ou te fait ressentir des émotions
Je crois les dieux divins et bienveillants ; je crois que les monstres, rejetés par les humains, mais non par les dieux, ne sont porteurs d’aucune faute, d’aucun stigmate moral. Là où certains voient une conséquence malheureuse, une punition ou encore une sélection des meilleurs êtres humains, j’y vois, moi, la créativité divine telle qu’elle s’exprimait aux premiers jours, quand les humains ne glissaient pas dans les plumes des dieux leur vision du monde.
L’après-dieux de Maelig Duval

“Regret” Un regret de Lecteur
Les Âmes croisées de Pierre Bottero sera à jamais sans suite. Et évidemment je suis toujours très triste pour l’homme lui-même.

“Serie” Une série que tu as commencée mais jamais finie (et dont tous les livres sont sortis)
Cygne noir de Richelle Mead.

Trois livres préférés de tous les temps
Question extrêmement difficile…
La Sève et le Givre de Léa Silhol
L’étrange Cabaret d’Hélène Larbaigt
Je n’arrive pas à départager les autres candidats.

“Unapologetic” Quelque chose dont tu n’éprouves absolument aucun remords d’être fan(girl)
Je suis le genre de nana qui n’a honte de rien… Cependant je pense avoir plus une attitude de fangirl concernant les séries télé que les livres (J’attends la prochaine saison de Sherlock avec une impatience et une ferveur inégalées). J’admire énormément le travail de certains auteurs, mais je ne me sens pas « fangirl hystérique » pour autant. Après moult tergiversations, je vais opter pour les vampires de Jeanne-A Debats, à savoir Navarre et Herfauges. Ils sont barges et je les surkiffe. J’en profite pour vous parler de L’Héritière, d’Alouettes et évidemment de Métaphysique du vampire, ouvrages dans lesquels vous pourrez faire leur rencontre.

“Very” Un roman dont tu attends la sortie avec grande impatience
C’est un roman d’Anthelme Hauchecorne que j’ai bêta-lu et qui n’a pas encore d’éditeur. Je ne peux donc pas en parler, mais je suis très enthousiaste.

“Worst” Ta pire habitude livresque
Acheter alors que ma PAL déborde.

“X” Commence à compter en haut à gauche de ton étagère, quel est le 27e livre ?
L’Inconnu du Nord-Express de Patricia Highsmith.

“Your” Ton dernier livre acheté
Summerlong de Peter S. Beagle

“ZzZ”. Le dernier livre qui t’a tenu éveillée bien trop tard la nuit
Je vieillis, je privilégie le sommeil quand il me fait la grâce de venir. Cependant, je me suis surprise à tirer un peu sur la corde quand je lisais Lettres écarlates, le premier tome de Meg Corbyn d’Anne Bishop, puisque je ne pouvais le lire que le soir et que c’était pour moi une sorte de récréation.

Un roman d’Anne Bishop, publié chez Milady.

 

Meg-Corbyn-01-lettres-ecarlates-anne-bishop

 

Présentation de l’éditeur :

Meg Corbyn a vécu toute sa vie coupée du monde, traitée comme de la viande par des hommes sans scrupules se servant de ses visions du futur pour s’enrichir. Lorsqu’elle s’enfuit, ils sont prêts à tout pour la récupérer, même à s’aventurer sur le territoire des Autres. Ces créatures de cauchemar prêtes à éradiquer l’humanité au moindre faux pas auprès desquelles Meg va trouver refuge. Mais si Simon Wolfgard, loup-garou et chef de la communauté, est d’abord intrigué par cette humaine intrépide, il pourrait à tout moment décider de simplement éliminer cette source de danger pour les siens…

Meg Corbyn, The Others en V.O., est une série de low fantasy uchronique. L’intrigue se déroule dans un monde et une époque qui ressemblent aux nôtres, mais le point de divergence remonte à la naissance de la vie sur la planète. Namid, une déesse-mère, a engendré une race particulière, composée de métamorphes, de vampires et d’élémentaires, avant les humains. Si ces derniers les nomment simplement les Autres, ils se font plutôt appeler Terra Indigene (à mon grand désespoir le latin est utilisé à tort et à travers dans ce roman, mais passons sur cette faute de goût). Dans sa grande sagesse, Namid a protégé les humains des Autres afin qu’ils puissent survivre et se développer. Néanmoins, ils ont fini par prendre conscience de l’existence les uns des autres et que dire, sinon que les humains ne sont pas cette fois au sommet de la chaîne alimentaire…
L’uchronie n’est pas plus développée que cela. Les humains se sont montrés créatifs (mais pas plus que dans notre monde) et leurs inventions ont amélioré leur mode de vie ainsi que celui des Autres par ricochet. En effet, ces derniers se sont arrogé toutes les ressources naturelles et veillent à rester la race dominante tout en profitant des progrès apportés par l’humanité. Dans les quelques grandes villes humaines, sont installés des Enclos où les lois humaines ne s’appliquent pas. Les Autres y vivent tout en surveillant leurs voisins.
L’Enclos de Lakeside est plus progressiste que les autres, même si c’est uniquement par intérêt. Et c’est là que va trouver refuge une étrange jeune femme, qui s’est échappée d’une institution.
Au début, Meg Corbyn ressemble un peu à un chaton mouillé. C’est une jeune femme très innocente, de par sa nature et le fait qu’elle n’a jamais vraiment été confrontée au monde, néanmoins elle est intelligente, elle sait s’adapter rapidement. Elle est pragmatique, même si elle a vécu des choses affreuses, elle veut aller de l’avant et ne se laisse pas aliéner par la peur. Elle a le cœur sur la main, sans être niaise ou trop naïve. Par-dessus tout, elle tient à sa liberté chèrement acquise. Si elle doit mourir, au moins mourra-t-elle libre. À l’instar des Autres, on ne peut que s’attacher à elle et vouloir son bonheur.
Ce premier tome est très axé sur les personnages et sur la présentation de cet univers en général ainsi que de l’Enclos. On apprend en même temps que Meg à connaître les Autres, leur mode de vie et les différents clans, mais surtout on découvre petit à petit qui est Meg et ce qu’elle fuit. C’est un personnage intéressant, mais pas la seule humaine sur qui va se focaliser notre intérêt. Les personnages secondaires, humains ou Terra Indigene sont tout aussi développés et j’ai particulièrement aimé Hiver.
On m’avait tellement vanté les qualités de cette série que je craignais d’y avoir placé trop d’attentes. Au final, je ne suis pas déçue du tout. Le premier tome des aventures de Meg Corbyn s’est révélé très distrayant. L’intrigue n’est pas époustouflante, mais la nature de Meg ainsi que la façon de vivre des créatures surnaturelles apportent une dose suffisante d’originalité. L’histoire est intéressante et surtout très agréable à lire. Ce roman a été ma « récréation » du soir, une pause bienvenue face à des lectures plus sérieuses, et j’étais toujours ravie de le retrouver, repoussant l’heure du coucher alors que les pages défilaient à toute vitesse.
C’est une série sympa et pleine de potentiel. Elle tire son épingle du jeu dans le flot de parutions de ce type et elle le mérite amplement.

Un recueil de nouvelles d’Alex Burrett publié par les éditions Aux Forges de Vulcain.

 

ma-chevre-s-est-mange-les-pattes-alex-burret

Présentation de l’éditeur :

Quel lien peut-il bien exister entre une chèvre qui, faute de pattes, est obligée de barboter dans un étang arrimée à un radeau, une femme dont le dernier petit ami était l’ange de la Mort en personne, un abattoir à humains, un guerrier médiéval qui ne sait qui choisir entre sa femme et son chien, un homme indestructible mais qui l’ignore, un couple d’amants littéralement collés l’un à l’autre et qui deviennent des gourous du sexe, et bien d’autres encore ? L’imagination fantasque d’Alex Burrett ! En trente-deux textes enlevés, Burrett dépeint notre société par autant de saynètes absurdes, déployant un talent de conteur sous acide, mordant, percutant ; un monde à vif où rien n’est ce qu’il semble être, où l’on peut être ami avec une pierre, où l’Enfer se convertit aux vertus du tourisme de masse, et où les maisons habitées depuis des années savent faire culpabiliser leurs habitants. Absolument jubilatoire !

Ma Chèvre s’est mangé les pattes est un recueil de trente-et-une nouvelles. Certaines sont teintées de SF, de Fantastique ou de réalisme magique, l’ambiance d’autres ne déparerait pas dans un polar. Cependant, elles sont aussi quelquefois d’un réalisme des plus cyniques et pas si banal qu’on voudrait nous le faire croire. Drôles ou stressantes, souvent à chute, elles peuvent vous désarçonner à tout moment. On ne sait jamais sur quoi on va tomber au détour d’une page, ce qui rend ce recueil d’autant plus attrayant.
Ces textes courts flirtent de temps en temps avec l’absurde, notamment le premier qui a donné son étrange titre à l’ouvrage. Avouez quand même que cette histoire de chèvre éveille votre curiosité… L’humour caustique de ces récits est délectable, mais ils sont surtout d’une grande intelligence. Majoritairement écrits à la première personne, ils prennent la forme de confidences qui se révèlent bien moins anodines qu’on pourrait le penser de prime abord. L’auteur use souvent, à dessein, d’un ton clinique ou imitant une banale conversation entre amis pour renforcer le contraste entre ses propos et la normalité, ce qui rend le tout encore plus grinçant.
Les thèmes sont variés et, à l’exception de deux, les textes sont indépendants. La cohésion entre ces nouvelles naît de leur esprit cynique, de la finesse des réflexions de l’auteur et de cette ambiance si particulière qu’il a su créer. Il ne s’embarrasse pas de politiquement correct, mais discourt sur les travers et les misères de l’humanité comme s’il parlait de la pluie et du beau temps. À tout moment, la perception que vous avez d’un de ses récits peut basculer vers tout autre chose. L’écriture de nouvelles est un art difficile qu’il maîtrise à la perfection.
Au fil de cette lecture, on vous parlera des amours de l’ange de la mort (qui est un gars sympa), des dangers que mentir à un premier rendez-vous peut engendrer, de la gestion d’un abattoir pour humains ou d’un rat particulièrement ambitieux… C’est original, vif et intéressant.
Ce recueil, qui se lit très vite tant il est ludique et bien écrit, fut une excellente surprise.

Vous pouvez également découvrir l’avis enthousiaste de Lune.

 

JLNND-Je-lis-des-nouvelles-et-des-novellas

 

Bilan du CRAAA

Le CRAAA était un challenge organisé par Cornwall du blog La Prophétie des ânes. Il s’agissait de lire des recueils, des anthologies et des fix up.

 

CRAAA

 

Je suis décidément une personne pleine de contradictions… Je n’ai jamais si peu lu d’anthologies et de recueils que durant cette année de CRAAA et je recommence tout juste quand le challenge se termine. Je n’ai pas même lu un seul de mes titres bonus…
Malgré tout, puisque les novellas (mon format préféré) ont été admises dans le défi à mi-parcours, j’ai atteint le palier choisi, soit douze ouvrages (pour diverses raisons, je n’ai pas compté toutes les lectures qui pouvaient s’inscrire dans ce challenge).

Enfin bref, voici donc les douze lectures qui ont composé mon CRAAA (on notera que mon amour pour les fix up va grandissant) :
Les Soldats de la mer d’Yves et Ada Rémy (fix up)
À voile et à vapeur (anthologie)
Légion de Brandon Sanderson (novella)
Caver Den de Xavier Portebois (novella)
Feuillets de cuivre de Fabien Clavel (fix up)
Fêlures de Rozenn Illiano (recueil)
Les neiges de l’éternel de Claire Kurst (fix up)
L’Origine des Victoires d’Ugo Bellagamba (fix up)
Techno Faerie de Sara Doke (fix up)
Notre-Dame de la mer de Rozenn Illiano (novella)
Échos obscurs de Denis Labbé (recueil)
Cookie Monster de Vernor Vinge (novella)

Ce fut un chouette challenge et bon nombre de ces lectures ont été des coups de cœur.

Le CRAAA est terminé, mais heureusement il nous reste le JLNND !