Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘challenge e-books’

Ce Challenge a été initié par le blog De Fil en Histoire et se déroulait du 1er septembre au 31 décembre.

J’avais choisi de lire dix e-books et je n’ai pas rempli mon contrat. (J’aurais pu si j’avais compté les épreuves des Compagnons du foudre et ma dernière lecture de l’année dont je n’ai pas encore écrit la chronique, mais on ne va pas chipoter.)

Officiellement, j’ai validé huit chroniques :
Légion de Brandon Sanderson
Le chaudron des âmes d’Anne Rossi
Rédemption de Bérengère Rousseau
Sorcières associées d’Alex Evans
Glissement vers le bleu de Robert Silverberg et Alvaro Zinos-Amaro
Caver Den de Xavier Portebois
Le guide des fées de Virginie Barsagol et Audrey Cansot
À voile et à vapeur, anthologie

Il y avait également quelques conditions à remplir…

– Lire un E-book de 300-350 pages
Je n’ai pas rempli cette condition, mais il faut dire que pour donner un tel nombre de pages en e-book ça doit être un sacré pavé. Dans sa version papier Glissement vers le bleu fait bien 300 pages.

– Lire un E-Book où il y a une représentation de la magie de la glace, du froid (ça peut être une couverture, un univers, un personnage…), et/ou de la royauté (royaume, roi, reine) Thématique large pour plus de facilité.
Glissement vers le bleu (pour la représentation de la royauté).

– Lire un recueil de nouvelles ou plusieurs nouvelles si vous n’avez pas de recueil.
À voile et à vapeur.

J’aurais pu faire mieux. Ce sera pour la prochaine fois !

Publicités

Read Full Post »

Une anthologie dirigée par Julien Morgan et Isabelle Wenta, publiée chez Voy’el uniquement en numérique.

*

a_voile_et_a_vapeur

Présentation de l’éditeur :
De la science-fiction à la fantasy en passant par le fantastique, dix auteurs proposent leur vision d’un avenir du passé. Dans ce rétro-futur haut en couleurs, la vapeur et la voile cohabitent, le chevalier d’Éon use de charmes inattendus, des automates interrogent le tic tac de leur cœur mécanique et des élixirs permettent de changer de sexe à volonté. Embarquez à bord de la Vagabonde ou du Quatorze Sacs à Malice, destination la Russie, l’Afrique coloniale, Paris ou Londres, et partagez avec ces personnages les tourments et les plaisirs d’une vie à voile et à vapeur riche en aventures de tous genres – et sans distinction de genre…

Sommaire :
– Préface : Le Steampunk, ce puissant projecteur sur notre époque, Arthur Morgan
– Louise Geneviève de Beaumont de Tonnerre, Anthony Boulanger
– Dans les bras d’Orion, Céline Etcheberry
– Les mécanismes de l’errance, Alex Barlow
– Poupée de chiffons, Sophie Fischer
– Ceci n’est pas une histoire de tortue, Tesha Garisaki
– Une histoire d’éléphants, Isaac Orengo
– Du vent dans les voiles, Jean-Basile Boutak
– Histoire naturelle, Angou Levant
– Le pudding bavarois, Jarod Felten
– Suivez cette cathédrale !, Gareth Owens

Comme le titre le laisse deviner, il s’agit d’une anthologie Steampunk LGBT. Néanmoins, la prépondérance de l’un ou de l’autre peut varier selon le récit. Parfois le Steampunk n’est qu’un décor, d’autres fois c’est l’orientation sexuelle du ou des personnages qui n’est qu’un détail de l’histoire. De fait, les nouvelles sont assez diverses.
Fait rare avec les anthologies (les styles variés sont un atout, mais on ne peut pas toujours accrocher à chacun) : tous les textes ont été agréables à lire, même si tous ne font pas dans l’originalité et que j’en ai appréciés certains plus que d’autres.

Louise Geneviève de Beaumont de Tonnerre est un des textes que j’ai le plus appréciés pour son ambiance et son humour. Anthony Boulanger a choisi de mettre en scène un personnage connu, ce qui se révèle une très bonne idée. En outre, j’ai un faible pour les histoires d’espionnage. Je ne reprocherai qu’une chose à celle-ci : la fin arrive un peu trop brusquement et m’a fait l’effet d’un soufflé qui retombe.

Dans les bras d’Orion est un beau texte, très bien écrit, empreint de poésie et de nostalgie. Cependant, en ce qui concerne l’intrigue, c’est moins ma tasse de thé. De cette nouvelle je me rappellerai surtout le décor que l’auteur a su peindre de manière à le rendre très réel.
J’ai lu, il y a quelques temps, une autre nouvelle de Céline Etcheberry : 1888, et son style m’a marquée. C’est un auteur à découvrir.

En lisant Les mécanismes de l’errance, je dois admettre m’être plus intéressée au décor qu’au cœur du propos. Alex Barlow nous embarque à bord de La Vagabonde, un vaisseau stellaire. Un membre d’équipage y conte une histoire, que j’ai trouvée assez convenue. Cependant j’ai aimé Lincoln et j’aurais bien voulu en savoir plus sur elle, son vaisseau et son équipage.

Poupée de chiffons fait partie des nouvelles qui m’ont le moins marquée, même si ça reste une jolie histoire. Ce n’est tout simplement pas mon genre, trop de sentimentalisme à mon goût.

Ceci n’est pas une histoire de tortue est une de mes nouvelles préférées. Elle offre une vraie réflexion sur le genre et sur l’identité sexuelle. Le propos est intéressant, mais j’ai aussi beaucoup apprécié la façon dont il est mis en scène.

Une histoire d’éléphants est sans doute le texte qui m’a le plus déçue et ce probablement parce que j’en attendais autre chose. L’histoire démarrait bien et le décor piquait ma curiosité, mais on me promettait un mystère et au final il n’y en avait pas.

Du vent dans les voiles est l’un de mes textes favoris. Je l’ai trouvé très subtil dans sa façon de traiter de la norme (et de la normalité, ce qui n’est pas la même chose), de l’hypocrisie et de la notion d’accomplissement personnel.

Histoire naturelle marque surtout par son originalité. L’auteur ménage longtemps sa surprise, je ne vais pas la gâcher. Je regrette simplement de ne pas avoir su le fin mot de la naissance de l’aura et de ses conséquences.

Le pudding bavarois est pour moi l’un des meilleurs textes de cette anthologie. Totalement épistolaire, il demande au lecteur de réellement s’impliquer. Le récit se construit avec délicatesse et pudeur autour d’ellipses et allusions diverses. Il tient au lecteur de percevoir les changements d’attitude des personnages et l’évolution de leur relation rien qu’en décryptant leur correspondance.
J’ai vraiment beaucoup aimé cette nouvelle qui, en outre, n’est pas seulement sentimentale mais propose une vraie intrigue secondaire. La conclusion de cette dernière, avec la réelle nature d’Edwina, est toutefois laissée à l’interprétation du lecteur, ce qui n’est pas forcément un mal.

Suivez cette cathédrale ! clôt l’anthologie avec dynamisme. Ce texte est bourré d’action et très plaisant à lire, mais il apparaît comme le simple épisode d’une histoire qui aurait dû être développée davantage. C’est mon seul regret. De surcroît, j’aimais bien Pixie, le personnage principal, et il y a assez peu de femmes dans cette anthologie pour accentuer mon regret.

J’ai été très agréablement surprise par la variété des nouvelles présentes dans À voile et à vapeur et par l’étendue des thèmes traités. Je craignais surtout les clichés et finalement il y en a très peu. Il est toujours difficile de parler d’une anthologie sans trop décrire les textes pour ne pas gâcher la lecture, mais je vous recommande celle-ci car on y aborde des thèmes sérieux en n’oubliant pas d’être distrayant.

*

Carton plein pour les challenges !

CRAAA

JLNND-Je-lis-des-nouvelles-et-des-novellas

challenge ebooks

Read Full Post »

Un ouvrage thématique de Virginie Barsagol et Audrey Cansot, publié chez ActuSF.

*

le_guide_des_fees

Présentation de l’éditeur :

Un parcours dans le temps à la rencontre des fées, des plus célèbres aux plus inattendues. Attraper les fées là où elles se cachent, des territoires littéraires aux œuvres cinématographiques en passant par la BD et la peinture, autant de champs que les reines du merveilleux ont investis au fil des siècles. La lecture du guide est aussi un voyage qui tente de révéler la profusion des regards portés sur la figure féerique, ainsi que son évolution, riche et complexe au fil des époques traversées.

Audrey Cansot, diplômée en cinéma à la Sorbonne, a travaillé pour la production cinématographique et écrit pour le théâtre.

Virginie Barsagol est certifiée de Lettres modernes et suit un cursus universitaire en psychologie.

Toutes deux collaborent à divers sites internet et revues.

Ce Guide des Fées a été l’une des premières publications des éditions ActuSF que j’ai achetées, il a de cela six bonnes années, et le voici maintenant disponible en numérique.

Le Guide des Fées de Virginie Barsagol et Audrey Cansot est un ouvrage d’introduction, concis mais complet, à l’histoire de la fée à travers les époques. Attention cependant, il est plus souvent question de fées littéraires que de Petit Peuple. Les auteurs ont choisi de suivre le fil chronologique, décrivant ainsi l’origine et l’évolution des fées depuis l’Antiquité, en se basant sur leurs ancêtres mythiques comme premières nées, jusqu’à nos jours.
Ce guide est parfaitement organisé et didactique. Il est aisé d’y trouver ce qu’on cherche, d’autant qu’une synthèse chronologique est disponible en fin de livre. Chaque période est constituée d’une introduction et de textes thématiques sur les tendances du siècle et les archétypes qu’y incarne la fée. On nous explique par exemple à quand remonte l’apparition des fées marraines ; on verra leur évolution au fil du temps dans d’autres fiches. Les représentantes célèbres de la gent féerique, ainsi que certaines de leurs sœurs un peu moins connues, ont également droit à une présentation succincte.
Une notice bibliographique fournie les accompagne toujours, présentant les textes où la fée apparaît directement comme indirectement. Y sont notées de même ses apparitions dans d’autres médias comme la musique ou la peinture ainsi que les références des fiches du livre dans lesquelles elle est mentionnée (des liens auraient été appréciables dans la version numérique, mais il est très facile de s’y retrouver avec les numéros de fiches). Si ce guide se veut un résumé permettant à l’amateur d’embrasser rapidement des siècles de féerie, on trouve toujours les références nécessaires pour approfondir le sujet grâce à d’autres ouvrages.
Ce Guide des Fées n’est pas exempt de quelques erreurs (dont une confusion entre Louis XIV et Louis XV) et de raccourcis discutables, mais demeure une bonne base pour se lancer à la découverte du Merveilleux français. Comme il est plutôt complet et syncrétique, même les connaisseurs pourront peut-être y apprendre quelque chose. C’est un ouvrage pratique, agréable à parcourir, destiné à tous ceux qui veulent aller voir au-delà du conte de fées.

*

challenge ebooks

Read Full Post »

Une novella de Xavier Portebois, publiée dans la collection e-courts.

*

caver den

*

Caver Den est la première novella publiée dans la collection e-courts et j’espère qu’elle sera suivie de nombreuses autres tout aussi réussies.
Un accident contraint Linh à demeurer quelques temps sur Caver Den, une planète minière, un coin perdu parmi tant d’autres dans l’immensité de l’univers. Il n’a qu’une hâte : déguerpir. Mais pour rembourser ses soins et les réparations de sa moto, il doit enquêter sur la soudaine folie d’un animal et le neutraliser.
Les bases sont vites posées et on entre aussitôt dans le vif de ce récit qui mêle polar et science-fiction à justes doses. Outre l’enquête, le métier même de Linh nourrit l’intrigue et c’est, je pense, ce qui m’a le plus séduite. Je n’en dirai pas plus pour ne pas vous gâcher la lecture, mais sachez que son animal de compagnie est une pieuvre sylvestre, la classe ultime ! Linh est un personnage intéressant et j’ai pris plaisir à le voir évoluer et comprendre petit à petit dans quel guêpier il s’est fourré.
Caver Den est un très bon texte, avec juste ce qu’il faut de technologie pour ne pas noyer l’intrigue. Il se lit trop vite et, malgré quelques rebondissements un peu prévisibles mais néanmoins logiques, j’ai vraiment apprécié ma lecture. L’auteur a même réussi à rendre une libellule attachante, je pense que cela mérite d’être noté.
Il va de soi que je vous conseille vivement cette novella.

*

JLNND-Je-lis-des-nouvelles-et-des-novellas

challenge ebooks

CRAAA

Read Full Post »

Un roman SF de Robert Silverberg et Alvaro Zinos-Amaro, publié chez ActuSF.

*

glissement_vers_le_bleu

Présentation de l’éditeur :

Hey-ho ! Hey-ho ! Écoutez la terrible chanson de la Fin des Temps !

777e année du 888e cycle de la 1111e Circonvolution du Neuvième Mandala.
L’univers se refroidit et glisse vers le bleu. Dans l’immensité de l’espace, l’antique berceau de l’Humanité file vers son funeste destin et les Terriens, seuls dans les milliers de galaxies à vivre éternellement, doivent s’habituer à l’idée de leur disparition prochaine.
Mais il est dit qu’un Roi sans Royaume pourrait bien changer le sort de l’univers. Et si c’était Hanosz Prime, qui vient justement d’abandonner ses titres et sa planète pour venir à la rencontre des légendaires seigneurs de la Terre, et trouver la réponse à cette obsédante question : Comment réagit un immortel face à l’imminence de sa mort ?

Écrit à quatre mains, Glissement vers le bleu est un conte doux-amer sur la chute de la civilisation humaine. Robert Silverberg, auteur rôdé à tous les exercices de style à qui l’on doit quelques chefs-d’œuvre de la science-fiction tels que Le Cycle de Majipoor, L’Oreille interne ou encore Les Monades urbaines, entraîne dans un jeu de cadavres exquis un Alvaro Zinos-Amaro qui se coule avec bonheur dans ce récit post-moderne teinté d’ironie malicieuse.

Glissement vers le bleu est un ouvrage un peu particulier, en forme de… Eh bien, en forme de mandala, tout en circonvolutions (vous comprendrez vite en le lisant). Il est composé de deux novellas, écrites par deux auteurs différents, qui ensemble forment un roman.
Comme cela est expliqué dans la préface, il est né de la volonté d’un directeur de collection de rapprocher les écrits de jeunes auteurs de SF d’autres déjà connus. C’est un peu une sorte de parrainage. Pour ce projet, Silverberg a repris un texte qui lui tenait à cœur mais qu’il avait abandonné, sentant bien que celui-ci n’allait nulle part. Il en a extrait le meilleur, l’a retravaillé. Ainsi est née la première novella, à son co-auteur de se débrouiller avec ça.
Je suis assez peu familière de l’œuvre de Silverberg, mais pas néophyte non plus, par contre je n’avais jamais rien lu d’Alvaro Zinos-Amaro et je dois dire qu’il s’est brillamment tiré de cet exercice difficile. Son travail est admirable de minutie, aucun détail du texte de Silverberg ne lui a échappé.
Il a produit une suite qui reste dans l’esprit de la première novella, tout en prenant ses aises, parvenant à maintenir une continuité de ton chez le narrateur sans imiter Silverberg. La variation dans le style est bien là, mais ne dissone pas. On sent le changement sans le sentir… Mais avec ce roman, vous ne serez plus à une contradiction près.
L’univers tout entier glisse vers le bleu. Il se dissout. Et un narrateur, qui semble bien au fait de ces temps futurs nous le raconte à nous, lecteurs du XXIe siècle, avec un luxe de circonlocutions et d’effets de répétitions qui rappellent les chants des troubadours, donnant à l’histoire un petit côté sans âge. On prend un fil, on tire dessus puis on le lâche, on le reprendra plus tard… Les paroles tournent autour du lecteur, tout à fait dans l’esprit de ce qui lui est conté. Et l’univers glisse néanmoins, petit à petit, alors que se dessine le dernier mandala…
Les deux parties sont intéressantes. Silverberg met tout en place, nous hameçonne, nous balade, léger ou grave quand il le faut. Et Zinos-Amaro reprend toutes les pistes laissées par son prédécesseur de façon intelligente autant que personnelle. Il fait siens histoire et personnages. Son humour acéré se fait l’écho de celui, plus cabotin, de son co-auteur.
Cependant, la fin ne m’a pas spécialement plu. Elle est tout à fait logique, sans se révéler totalement prévisible, mais je ne sais pas, il m’a manqué quelque chose. Elle démontre pourtant avec quel soin méthodique Zinos-Amaro a relié tous les fils au passage, se servant même de détails du début qu’on a pu oublier en cours de route. C’est une collaboration on ne peut plus réussie.
Glissement vers le bleu offre plusieurs niveaux de lecture. Je le vois personnellement comme un conte philosophique sur la muabilité des choses et il m’a en tout cas donné à réfléchir.

*

challenge ebooks

Read Full Post »

Un roman d’Alex Evans.
Uniquement disponible en numérique pour le moment, mais à un tout petit prix.

*

sorcieres-associees_alex_evans

Résumé de quatrième de couverture :
Envoûtement de vampire, sabotage de zombies et invasion de gremlins font partie du quotidien du cabinet Amrithar et Murali, sorcières associées. Dans la cité plusieurs fois millénaire de Jarta, où la magie refait surface à tous les coins de rues, les maisons closes sont tenues par des succubes et les cimetières grouillent de goules, ce n’est pas le travail qui manque ! Mais tous vous le diront : les créatures de l’ombre ne sont pas les plus dangereuses…

Le premier chapitre peut être lu sur le blog de l’auteur.

Sorcières associées est exactement le genre de fantasy urbaine un brin steampunk dont j’avais envie depuis longtemps.
Nous y faisons la rencontre de deux femmes, Tanit et Padmé, qui ont ouvert un cabinet de consultations en problèmes magiques de tous genres dans une mégapole où le commerce est roi. À Jarta, le progrès technique côtoie l’archaïsme et le cadre, très indien, change beaucoup des cités européennes qui sont habituellement le lot du steampunk ainsi que de celles, états-uniennes, qui sont l’apanage de la fantasy urbaine. Dans Sorcières associées, on boit du thé, on porte des saris (du moins quand on vient du Paras) et on se déplace en rickshaw !
Ce monde n’est pas le nôtre, mais il pourrait aussi bien l’être (ou le devenir). Après s’être détournés de la magie et l’avoir en quelque sorte « perdue », ses habitants la retrouvent petit à petit et doivent réapprendre à gérer les possibilités de celle-ci, tout comme les problèmes qu’elle peut engendrer.
J’ai vraiment beaucoup aimé le background, cependant les personnages et l’intrigue ne sont pas en reste. Tanit et Padmé sont deux femmes très différentes, ce qui permet d’avoir plusieurs points de vue sur leur société, chacune s’exprimant à la première personne quand le récit se recentre sur elle. Tanit est indépendante, ancienne voleuse, puis espionne, elle est aussi débrouillarde que pragmatique. Padmé, quant à elle, est une femme de cœur, mais n’en perd pas pour autant la tête. Elle est aussi maman, ce qui contribue beaucoup à la complexité de son personnage et me l’a fait apprécier encore davantage. Les personnages secondaires qui gravitent autour des deux femmes ne manquent pas d’intérêt, toutefois j’espère en voir certains davantage développés dans la suite. Jihane, la fille de Padmé, est particulièrement attachante.
L’intrigue est tissée de diverses enquêtes qui, même si elles finissent pas se recouper un peu facilement, sont très plaisantes à suivre et ménagent leur lot de surprises. Cela ne manque pas de logique : ainsi agit le Pouvoir
Le point négatif de ce roman est indubitablement le nombre impressionnant de coquilles : des fautes bêtes qu’une relecture attentive aurait éliminées facilement. On pourrait dire que c’est typique de l’auto-édition, mais je ne serai pas si catégorique. Contrairement à mes habitudes, ça ne m’a pas découragée tant l’histoire m’a plu, alors je vous exhorte à passer outre, en espérant qu’elles soient vite corrigées (ce qu’a confirmé l’auteur). Après tout, c’est l’un des avantages du numérique que de permettre ce genre d’ajustement.
Sorcières associées a été une excellente découverte, une lecture très distrayante. J’espère pouvoir très bientôt lire la suite. J’avais déjà lu et beaucoup apprécié les nouvelles d’Alex Evans que je vous conseille également, ses thèmes de prédilection ainsi que son style valent le détour.

*

tea time - sorcieres associees

Thé noir au lotus et tartelette poire-amandes, parfait pour accompagner cette lecture.

challenge ebooks

Read Full Post »

Un roman de Bérengère Rousseau, publié aux éditions du Riez.

*

redemption_rousseau

Présentation de l’éditeur :
Quand un vieux médaillon et quelques documents anciens révèlent à Noâm les soupçons de collaboration qui pèsent sur son arrière-grand-père, son monde bascule. Comment accepter et vivre avec cette honte ? Il veut comprendre. Avec son meilleur ami, il se rend au Château de Noisy, là où son aïeul fut aperçu pour la dernière fois.

Sur place, ils sont victimes d’un éboulement. Ils se réveillent en 1944 à la veille de la Bataille des Ardennes. Noâm voit là l’occasion de restaurer l’honneur de sa famille, au risque de changer le cours de l’Histoire. Et si, justement, celle-ci avait déjà changé ?

Noâm, jeune étudiant Belge passionné d’Histoire, découvre presque par hasard un pan nébuleux de son passé familial. Son arrière-grand-père était-il un résistant ou un collabo ? Parce que cette question le hante, il décide de faire des recherches, sans savoir jusqu’où cela pourrait l’entraîner… Il va apprendre par lui-même qu’en temps de guerre comme dans la vie en général, la nuance a son importance.
Le début du roman m’a beaucoup plu. L’intrigue était prometteuse, la lecture agréable. Cela s’est quelque peu gâté à partir du moment où les personnages sont propulsés dans le passé. Ce n’est pas tant la qualité du récit qui est en cause. Peut-être m’attendais-je à autre chose…
Les implications dans le passé de Noâm et de son ami Lucas m’ont semblées beaucoup trop directes. La rencontre avec l’arrière-grand-père et son acceptation des faits sont aussi trop faciles. Dès lors, j’ai commencé à me détacher des personnages. J’étais de plus en plus sceptique à mesure qu’avançait ma lecture. J’espérais plus de subtilité.
Il semble que la présence des deux jeunes hommes dans le passé suffise à créer une uchronie, ce qui est illogique, car les changements de ce passé découlent d’événements survenus avant leur arrivée. Ne comptez pas comprendre le pourquoi du comment de ces changements ni l’origine du voyage temporel… J’ai besoin de vraisemblance quand je lis une histoire et je ne l’ai malheureusement pas trouvée ici… C’est ce qui m’a le plus gênée. Ce roman n’est pas désagréable à lire, mais il n’était pas pour moi. La fin m’a cependant émue, toutefois pas assez pour me faire oublier le reste.
Je demeure également perplexe vis-à-vis de nombreux cafouillages. Nous avons une référence erronée à Retour vers le futur (non mais vraiment !) ainsi que quelques coquilles dont une qui m’a fait bien rire (le flan ouest… Bon appétit !). Je tiens néanmoins à signaler que c’est assez inhabituel dans les ouvrages des éditions du Riez. Certaines phrases en allemand sont traduites alors que d’autres non, et pas forcément lorsqu’elles sont compréhensibles grâce au contexte. Ceci dit, ça ne gêne pas vraiment le lecteur non germanophone.
Rédemption ne me marquera pas outre mesure et c’est dommage, l’idée de départ me plaisait bien.

*

RVLFC

challenge ebooks

Read Full Post »

Older Posts »